Investissements d'avenir : «éviter le saupoudrage» 

le
0
Les premiers appels à projets sont lancés; certains sont clos. Le dispositif entre dans la phase concrète de sélection des investissements.

Les investissements d'avenir commencent à entrer dans leur phase concrète. Depuis l'annonce du grand emprunt en juin 2009 à Versailles par Nicolas Sarkozy -35 milliards destinés à financer les priorités d'avenir qui doivent préparer la France de demain-, il a fallu définir son schéma technique, établir une gouvernance, élaborer une tuyauterie financière... Bref, rien de très concret ne sortait de terre.

Aujourd'hui, 34 des 35 conventions conclues entre l'État et les opérateurs (Ademe, Oséo, ANR, etc.) sont validées. La dernière, relative au plateau de Saclay, le sera dans les prochaines semaines; le texte est prêt. «Nous sommes en avance sur le calendrier qui avait été établi», fait-on d'ailleurs valoir à Matignon. Et 25 milliards sur un total de 35 milliards ont déjà été versés par l'État à ces opérateurs, les 10 milliards restants l'étant d'ici à la fin de l'année.

L'État des lieux dressé par le premier ministre lors de l'installation à

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant