Investissement : trop peu, trop tard ?

le
7
Le Premier ministre détaillera mercredi les mesures destinées à relancer l'investissement en France dont les grandes lignes ont déjà été annoncées vendredi par le chef de l'État.
Le Premier ministre détaillera mercredi les mesures destinées à relancer l'investissement en France dont les grandes lignes ont déjà été annoncées vendredi par le chef de l'État.

"La question, c'est l'investissement, l'investissement, l'investissement", martelait la semaine dernière le ministre des Finances, Michel Sapin. Faire repartir l'investissement, c'est le nouveau mantra du gouvernement qui dévoilera mercredi des mesures censées encourager les entreprises à s'équiper. Selon l'exécutif, il s'agit d'une étape obligée pour passer d'une fugace éclaircie conjoncturelle à une franche reprise qui ferait (enfin !) baisser le chômage. Le chef de l'État a déjà dévoilé les grandes lignes des projets qui seront détaillés mercredi par Manuel Valls à l'issue du conseil des ministres et d'un séminaire gouvernemental, et dix jours après la déroute électorale des élections départementales. L'objectif est de convaincre les entreprises de changer leurs marges regonflées en machines, entrepôts, et finalement en embauches. Car l'Insee le confirme : le taux de marge des entreprises françaises a retrouvé son niveau de 2011 (31,3 %), grâce à l'effet conjugué du pétrole peu cher, de l'euro faible, des taux d'intérêt avantageux, mais aussi du soutien de l'État, qui se traduit par une baisse de 40 milliards d'euros de leurs charges.LIRE aussi notre article "La croissance revient, mais sans investissement ni emploi" Pour que ce flot d'argent public se mette à irriguer l'économie, "le chaînon manquant, c'est l'investissement", déprimé depuis des années, fait valoir Denis Ferrand, directeur général du centre de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 6 avr 2015 à 17:56

    Pour Stricot : le black ne sera éradiqué que lorsque les impôts seront normaux, c'est bien là le problème, plus vous augmentez les impôts, moins ça rentre, plus vous complexifiez la législation plus les emplois au black se perpétuent......Mais c'est trop complexe pour le gouvernement. Payez une femme de ménage avec charges...drôle d'idée...l'offre est supérieure à la demande au black !!!

  • frk987 le lundi 6 avr 2015 à 17:50

    Commencez donc pas la suppression de l'ISF, voilà tout trouvé quelques milliards qui ne sortiront pas de l'économie REELLE pour alimenter le gouffre de l'Etat.

  • frk987 le lundi 6 avr 2015 à 17:48

    3 ans, ça ne s'efface pas d'un coup de baguette magique. Pour que la confiance revienne il faudra 10 ans minimum et à la condition que le PS soit aux oubliettes des élections. Donc pour l'investissement on attendra 2025.......voilà ce que se disent les investisseurs étrangers.

  • stricot le lundi 6 avr 2015 à 14:39

    S'il n'y avait pas tant de niches fiscales et pas tant de gens malhonnetes qui font tout pour ne pas payer leurs impots (black, fausses declarations, liquide...), il y en aurait des fonds, et la fiscalite pour les honnetes contribuables serait moins lourde.

  • M8252219 le lundi 6 avr 2015 à 14:22

    DES ÉCONOMIES SÉRIEUSES DE FONCTIONNEMENT DE L'ÉTAT FAITES À TEMPS AURAIENT PERMIS DE DÉGAGER DES FINANCES POUR RELANCER L'INVESTISSEMENT. C'est le contraire qui a été fait, pas d'économies pas de control de la redistribution, toujours autant et même plus d'élus et plus de fonctionnaires !!!!!

  • LERINS le lundi 6 avr 2015 à 13:40

    Si nos dirigeants actuels veulent vraiment stimuler au maximum l'investissement privé, ils devraient d'abord en finir avec une fiscalité confiscatoire, liberticide et folle dans sa complexité qui fait fuir les investisseurs depuis longtemps. Et adopter sans tarder le principe fiscal d'exonération de la production décrit dans le blog intitulé : REMBOURSER LA DETTE PUBLIQUE SANS APPAUVRIR LES CITOYENS.

  • M9941825 le lundi 6 avr 2015 à 13:40

    La CONFIANCE , la CONFIANCE, la CONFIANCE