Invesco cultive l'approche " best of" des produits de sa gamme

le
0
(NEWSManagers.com) -
Dans un environnement difficile et marqué par une crise qui a laissé les investisseurs inquiets, communiquer et informer sur une gamme de fonds est devenu un exercice complexe. " Depuis 2008, les clients se montrent beaucoup plus prudents lorsqu'ils choisissent un fonds dans lequel investir. Ceci se vérifie autant pour la clientèle institutionnelle que pour la clientèle retail" , indique Cartsen Majer, chief marketing officer d' Invesco pour l'Europe Continentale, en marge d'une conférence de presse organisée à Henley-on-Thames, où sont situés ses bureaux britanniques. Une clientèle devenue plus exigeante en matière de transparence, qui demande davantage d'informations détaillées et de documentations sur les produits ainsi que sur les gérants.

Cette nouvelle donne a poussé Invesco, qui gère en Europe plus de 27 milliards d'euros, à restreindre le nombre de fonds mis en avant par la société auprès de ses clients. " D'un point de vue marketing et commercialisation, nous avons décidé de nous focaliser sur les meilleurs produits de notre gamme" , souligne Carsten Majer. Pour le chief marketing officer, il est important de ne pas suivre les modes. Ce qui signifie que parfois certaines classes d'actifs ne sont pas mises en avant par Invesco. L'approche est donc basée sur un " best of" des produits de la gamme. Chaque semestre, 10 produits qui feront l'objet d'un marketing plus soutenu sont sélectionnés. " Nous évaluons nos fonds comme le feraient nos clients. Pour cela, nous avons opté pour un processus de sélection basé sur un screening quantitatif de nos fonds, qui évalue les performances, le ratio de sharpe, des données techniques?" , explique Carsten Majer. A noter que les fonds pesant moins de 50 millions d'euros sont exclus d'emblée de ce processus. Une fois le screening effectué, 7 produits sont sélectionnés. A cette sélection, 3 produits, qui bénéficient d'un " bonus qualitatif" sont ajoutés pour former le " top 10" des fonds sur lesquels se concentrera le marketing d' Invesco dans les six mois à venir.

Concernant la création de nouveaux produits, Invesco reste là aussi fidèle à son approche conservatrice. " Nous ne nous précipitons pas sur les grandes tendances et évitons les effets de mode de court terme. Par exemple nous n'avons qu'un nombre limité de fonds absolute return" , indique Carsten Majer, qui précise que ce choix n'a pas affecté la société en termes de parts de marché, qui sont demeurées stables pour Invesco par rapport à ses concurrents.

Les nouveaux produits servent avant tout à répondre aux besoins de diversification d'une gamme existante. En 2010, Invesco a ainsi lancé un fonds Amérique latine, des produits sur l'or et les métaux précieux ainsi qu'un fonds immobilier, classe d'actif toujours très prisée des institutionnels, spécialisé dans l'investissement dans l'hôtellerie. De nouveaux fonds se trouvent déjà dans les starting-blocks. En 2011, un fonds obligataire spécialisé dans les titres de court terme devrait " répondre aux besoins des clients qui veulent réduire leur exposition aux obligations long terme après avoir profité de bonnes performances sur le marché obligataire" , selon le responsable marketing. Egalement dans les cartons, un fonds d'obligations corporate marchés émergents devrait également voir le jour dans les prochains mois.

La communication et le marketing de ces produits seront encadrés en Europe continentale par une équipe de 31 personnes, qui devrait recruter de nouveaux membres dans les mois qui viennent. Actuellement, Carsten Majer est à la recherche d'une personne pour rejoindre l'équipe marketing aux Pays-Bas pour s'occuper des Benelux.

Le renforcement des équipes devrait permettre à Invesco d'aborder un certain nombre de chantiers, dont celui de l'instauration par la directive OPCVM IV du Document d' Information Clé pour l' Investisseur (DICI) ou KIID. " Nous ne considérons pas les changements réglementaires liés à la directive OPCVM IV comme des contraintes. Au contraire, la création du KIID représente une opportunité de structurer efficacement la communication sur nos fonds autour de ce document" , insiste Carsten Majers. La bonne compréhension d'un produit permettra aux investisseurs de prendre la bonne décision quant à leur horizon d'investissement. " Une vision long terme de l'investissement fait encore défaut à de nombreux investisseurs, et un dialogue constructif entre Invesco et les souscripteurs autour des fonds et de leurs caractéristiques ne pourra qu'encourager une approche de long terme" , conclut Carsten Majer.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant