Inverser la courbe du chômage : histoire d'une promesse phare

le
16
Inverser la courbe du chômage : histoire d'une promesse phare
Inverser la courbe du chômage : histoire d'une promesse phare

S'engager sur une baisse du chômage, qui plus est en donnant un calendrier... Autant de risques de décevoir l'opinion et de prêter le flanc aux critiques de l'opposition. Mi-avril 2012, le candidat socialiste, François Hollande, ne raillait-il pas son concurrent UMP, le président sortant Nicolas Sarkozy, qui avait «déclaré en 2007 que sa présidence serait un échec si le taux de chômage ne revenait pas à 5% en 2012»?

Installé à l'Elysée, il prend le pari d'inverser la courbe du chômage avant la fin de l'année 2013. Depuis plus d'un an, François Hollande s'accroche à ce leitmotiv. Au risque de semer le trouble, comme ce jeudi matin. Décryptage d'une promesse ambitieuse.

L'inversion de la courbe, c'est quoi ?

Très concrètement, une diminution du nombre de chômeurs. A ne pas confondre avec une... baisse de son augmentation (lire ci-dessous). Quand saura-t-on si François Hollande a rempli son objectif ? Puisque le président de la République a promis une inversion de la courbe avant la fin de l'année, ce sont les chiffres de fin décembre 2013 qu'il faudra regarder. Ils seront connus le 27 janvier 2014. Il s'agit du nombre des inscrits à Pôle emploi publié chaque mois par le ministère du Travail, et en particulier du nombre de demandeurs sans activité (catégorie A).

Autre indicateur, le taux de chômage, calculé chaque trimestre par l'Insee. Celui-ci sera connu le 6 mars 2014, soit quelques semaines avant les élections municipales.«Il y a une très grande proximité entre les deux courbes», fait valoir le ministère du Travail pour prévenir toute «querelle sur les chiffres».

Attention : si la promesse est encore statistiquement tenable (il suffit d'un mois de baisse), un bon chiffre sur un mois est bien évidemment insuffisant pour parler d'une inversion de tendance, le chômage étant en hausse quasi-ininterrompue depuis plus de trente mois. Michel Sapin en est d'ailleurs bien conscient, lui qui s'était ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2280901 le jeudi 28 nov 2013 à 19:21

    bon , ya plus rien à dire , RDV aux urnes ou alors faut se casser de cette France islamo-socialiste

  • M7361806 le jeudi 28 nov 2013 à 18:40

    Vive les emplois aidés c'est trés productif....pour les assistés en attendant afin de valider une autre période de chomage

  • M2280901 le jeudi 28 nov 2013 à 18:19

    comme je j'avais dit ils annoncent de bons chiffres avec leurs emplois fictifs mais personne n'est dupe

  • ppetitj le jeudi 28 nov 2013 à 18:18

    Et les autres promesses non tenues c'étaient des lampes de poches ?

  • jmbuzy le jeudi 28 nov 2013 à 18:11

    @M3182284 -> tu as oublié nos chercheurs aux US ....par contre on a Taubira, Harlem Desir, Ségolène, Flam.by, Ayrault, Sapin, Montebourg, Aubry, Belkacem et j'en passe ... avec ça on est bien !

  • M2280901 le jeudi 28 nov 2013 à 18:10

    les emplois aidés ça aide à combattre les chiffres du chômage

  • M7361806 le jeudi 28 nov 2013 à 17:57

    Je n'aime pas les riches qui investissent dans mon pays et fais tout pour qu'ils aillent ailleurs, entre assistés on est tout de meme mieux .Vive la gaule !

  • M7361806 le jeudi 28 nov 2013 à 17:54

    Farces et attrapes électorales !

  • M7403983 le jeudi 28 nov 2013 à 17:49

    Inverser la courbe du chômage: histoire d'une promesse phare ==> nous en sommes tout ébloui !! (le phare nous ébloui)

  • M3182284 le jeudi 28 nov 2013 à 17:45

    les antilles gardiens de parc et de musée, le maghreb a la SNCF et à la poste, 100% des emplois de nettoyage confiés à des africains qui sont logés à l'hotel par le samu social. Nos ingénieurs en Allemagne, nos financiers à Singapour et Londres, nos frontaliers en Suisse, et Belgique, nos retraités au Portugal et en Catalogne. ca c'est de la gestion