Inventaire UMP : Copé épargne Sarkozy et charge Hollande

le
0
Inventaire UMP : Copé épargne Sarkozy et charge Hollande
Inventaire UMP : Copé épargne Sarkozy et charge Hollande

D'inventaire, il n'a pas été question, ce jeudi à l'UMP. Ou plutôt si, mais de celui des un an et demi de François Hollande à la tête de l'Etat. Lors d'une convention sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé, a effectivement épargné l'ancien chef de l'Etat pour mieux concentrer ses tirs sur son successeur. Le président de l'UMP a prévenu d'emblée : «L'auto-flagellation, ça ne fait jamais avancer les choses».

«Il ne s'agit pas de régler je ne sais quel compte personnel ni avec Nicolas Sarkozy, ni avec François Fillon», a-t-il également averti, assurant avoir, comme d'autres, été pris d'un «sentiment de malaise en entendant certains, qui ont guetté la première occasion pour accabler Nicolas Sarkozy alors qu'ils lui doivent tant». Comment ne pas y voir une allusion à l'ancien Premier ministre, François Fillon, et à ses récentes critiques à l'égard de l'ancien chef de l'Etat...

Copé dénonce le «FNPS»

Jean-François Copé n'a d'ailleurs pas trouvé, dans son discours, grand chose à redire au bilan de Nicolas Sarkozy. Excepté deux bémols sur le RSA -qui «n'a pas réussi à sortir nos compatriotes de l'assistanat»- et sur les 35 heures, le député-maire de Meaux (Seine-et-Marne) a salué les mesures prises sous le précédent quinquennat, de l'interdiction de la burqa dans les lieux publics à l'autonomie des universités.

Le président de l'UMP a préféré se concentrer sur l'«échec massif de la gauche» et l'«absence de lucidité du président Hollande». Il n'a pas hésité à accuser le «président de la République, de favoriser, par sa politique, la montée du Front national». Ni à détourner l'expression fétiche du Front national, «l'UMPS», en dénonçant le «FNPS».

Conflit Duflot-Valls sur les Roms, réforme pénale de Taubira, droit de vote des étrangers, salles de shoot, scrutin proportionnel... «Heureusement que François Hollande est là pour le Front national», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant