Invalides : des "révolutionnaires pacifiques" veulent prendre le pouvoir

le
2
Des militants issus du Mouvement du 14 juillet campent près des Invalides à Paris. La mairie a demandé leur évacuation.
Des militants issus du Mouvement du 14 juillet campent près des Invalides à Paris. La mairie a demandé leur évacuation.

"Il est temps de reprendre notre pouvoir de citoyen", et cela, par étapes. Le Mouvement du 14 juillet, tissé sur la Toile entre différents blogs de la complosphère, promettait de renverser le pouvoir lors de la fête nationale. 300 manifestants selon la police, "entre 7 000 et 10 000" d'après les militants. Au programme de cette "révolution" : destitution du gouvernement, mise en place d'un conseil national de transition et appel au peuple pour la rédaction d'une nouvelle Constitution.

Un mouvement hétéroclite

Lorsque nous nous y rendons, une vingtaine de personnes  sont sur le camp. Matelas au sol, sol jonché de prospectus, tous unis pour "résister contre l'oppression." David, porte-parole auto-déclaré, a quitté sa Camargue et a garé son camion rue Fabert (7e). Depuis deux semaines, lui et quelques autres tiennent une permanence et tentent de rassembler tous ceux qui ont participé à la prise de pouvoir ratée le 14 juillet.

Mais pas question que cela devienne une cour des Miracles. "Nous sommes en train de nous organiser" : groupes de compétence, site internet, porte-parole tirés au sort, le petit groupe refait le monde. Tous jurent par le référendum, car "le pouvoir est confisqué par les puissants, il est aux mains d'une oligarchie menée par les banquiers et les multinationales". Leur théorie se base en grande partie sur les travaux d'Étienne Chouard, le très controversé chantre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le jeudi 6 aout 2015 à 01:24

    Ils sont en plein délire. La démocratie n'est pas le fait d'une poignée d'illuminés en effet sans cervelle mais d'une constitution, d'un vote et d'une majorité. Faire autre chose s'appelle un coup d'état.

  • charleco le mercredi 5 aout 2015 à 16:56

    Même si ce sont des uluberlus, l'article du point est complètement langue de bois. Su le fond ils ont raison, simplement, le mouvement n'est pas réaliste. Appeler à manifester le 14 juillet à 10 h place de la Concorde était l'indice d'un manque total de jugeotte.