Inutile de se faire des illusions sur les actions en 2014 !

le
0
DR
DR
Après un cru 2013 exceptionnel en Europe comme aux Etats-Unis, avec une hausse de 18°% pour le CAC 40 et de 29,6 % pour le S&P 500, il fallait s'attendre à une modération des marchés actions d'autant que la hausse fut acquise pour tout ou partie grâce à une remontée des valorisations (PER). C'est bien ce qu'on observe en ce début d'année, le 1er trimestre se soldant par des gains de 2,2°% à Paris, soit 9,1 % en rythme annuel, et de 1,3 % à New York contre 10 % l'an dernier à la même époque. Les actions américaines sont bridées par le haut de cycle sur les profits, les actions européennes pour avoir largement anticipé la reprise. A défaut d'extrapoler les performances de l'an dernier, les marchés n'ont pas davantage de raison de rechuter : la surévaluation est limitée et la croissance n'est pas en danger. La Réserve Fédérale, l'Ukraine ou la Chine agissent plus comme des catalyseurs de prises de profits dans un marché « flat » que comme de vraies menaces. (lerevenu.com) - Aux Etats-Unis, le cycle des profits, plus que la croissance ou les taux d'intérêt, explique la modération de Wall Street Wall Street n'a de problème ni avec la croissance américaine, que l'indicateur mix ISM-Conference Board estime à 2,8%, ni avec les taux d'intérêt, dont les perspectives de remontée ont été repoussées par la présidente de la Fed, Janet Yellen, à minimum un an. Rien ne presse en effet devant la persistance d'un taux de chômage implicite

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant