INTERVIEW. Michel Rocard : "Manuel Valls est une chance"

le
1
Michel Rocard se rend avec Manuel Valls au siège du PS, en 1993.
Michel Rocard se rend avec Manuel Valls au siège du PS, en 1993.

Il était le "Sarkozy de gauche", le voici donc métamorphosé en Michel Rocard bis d'un président mitterrandien. Reprise par les médias, commentateurs et acteurs de la politique, la comparaison avec l'ancien Premier ministre s'impose : Manuel Valls est "rocardien" depuis l'adolescence : il a adhéré au Parti socialiste en 1980, à 17 ans, pour le soutenir. Comme son mentor, il se réclame du pragmatisme politique et d'une économie "ancrée dans le réel", ce qui lui vaut d'être vilipendé par une partie de la majorité. Comme lui, il est nommé parce que le président n'a pas d'autre choix que de jouer la carte du renouveau et de la popularité. Et sa nomination à Matignon par un président qui ne l'inviterait pas à passer des vacances avec lui pourrait brûler les ailes de ce rival en puissance. C'est en tout cas ce qui est arrivé à Michel Rocard... Mais qu'en pense l'intéressé ? Pour Le Point.fr, Michel Rocard commente la nomination de son ancien élève au poste de Premier ministre.Le Point.fr : La nomination de Manuel Valls est-elle un choix judicieux ? Michel Rocard : Je déteste ce besoin journalistique de juger tout de suite. C'est une chance. L'homme est suffisamment intelligent, suffisamment courageux et suffisamment novateur pour être Premier ministre. Maintenant, on ne sait pas encore. Ce n'est pas sûr. Ce qui est sûr, c'est que le président de la République avait besoin d'un choix innovant. C'est un bon choix à ce titre....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 2 avr 2014 à 08:45

    Sacré Rocard, CSG provisoire à 0,5% on en est à 15,5%.....un génie de la fiscalité.