INTERVIEW HEURTEY PETROCHEM : "Nous avons une très bonne visibilité pour 2009-2010"

le
0
Jacques Moulin, directeur général délégué de Heurtey Petrochem, leader mondial indépendant des fours pour les industries du raffinage et de la pétrochimie, commente les résultats annuels.

Vous avez enregistré sur l'exercice 2008 un chiffre d'affaires en hausse de 89% à 232,2 millions d'euros et un résultat d'exploitation en progression de 81% à 8,5 millions d'euros. Dans un contexte économique très mouvementé, comment avez vous obtenu ces résultats ?

Jacques Moulin : Ces résultats s'expliquent d'abord par notre opération importante de croissance externe en 2008 avec l'acquisition du groupe américain Petro-Chem Development qui a contribué à environ un tiers du chiffre d'affaire. Mais nous avons aussi réalisé 30% de croissance organique qui témoigne de nos solides atouts sur nos marchés en matière de dynamisme commercial, diversité technologique et positionnement géographique.

Heurtey Petrochem s'est développé aux Etats-Unis (nouvelle zone avec 25% du chiffre d'affaires), grâce à l'acquisition de Petro-Chem Development au premier trimestre 2008. Quels sont vos objectifs sur ce marché ?

J. M. : Notre objectif était d'être présent en Amérique du Nord qui constitue un marché important de 150 raffineries. Ce « parc » industriel vieillissant fait l'objet de programmes importants de modernisation auxquels nous entendons participer activement. Nous comptons aussi utiliser la filiale américaine pour développer notre expertise hydrogène en Amérique du Nord. Je rappelle notre forte progression dans cette activité en 2008 avec un chiffre d'affaires hydrogène qui a atteint 15% du chiffre d'affaires du groupe (3% en 2007). En ligne de fond, nous avons également des ambitions sur le marché canadien de l'exploitation des schistes bitumineux. Même si le cours actuel du baril de pétrole semble avoir freiné les investissements canadiens, nous restons confiants pour le moyen terme compte-tenu de la prévision haussière du baril annoncée par les spécialistes.

Quel a été l'impact de l'évolution du dollar sur vos résultats ?

J. M. : Le principal impact concerne l'évaluation au 31/12/08 du prêt bancaire en dollars contracté pour l'acquisition de Petro-Chem. Le dollar s'étant renforcé depuis le 14 mars 2008, nous avons dû provisionner une perte de change latente d'environ 1 million de dollars. Il s'agit uniquement d'un « exercice » comptable sans sortie de cash, mais cela a bien sûr impacté les résultats. Je précise d'ailleurs que le prêt sera remboursé avec les dollars provenant de Petro-Chem.

Quelles sont vos perspectives pour 2009/2010 ?

J. M. : Nous disposons d'un solide carnet de commandes à la fin 2008, environ 270 millions d'euros. De plus, la signature récente de deux nouveaux contrats en Corée pour un montant de 56 millions d'euros conforte notre bonne visibilité sur l'activité en 2009 et 2010. Pour le court et moyen terme nous disposons de formidables atouts en matière de couverture mondiale, diversité technologique et solidité financière, qui nous permettent de bien nous positionner malgré la situation économique. Mais nous n'allons pas en rester là et comptons poursuivre notre effort en Recherche et Développement. La rentrée de l'IFP au capital d'Heurtey Petrochem depuis septembre 2008 constitue une étape majeure pour nos ambitions technologiques. Un programme de développement d'une technologie hydrogène est lancé en coopération avec l'IFP et nous comptons commercialiser en 2009 la première unité P2R (unité de recyclage des résidus des fonds de cales des bateaux), qui constituera un relais de croissance dans le domaine environnemental.




Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant