Intervention française en Afrique : l'opération Barkhane opérationnelle le 1er août

le
0
Intervention française en Afrique : l'opération Barkhane opérationnelle le 1er août
Intervention française en Afrique : l'opération Barkhane opérationnelle le 1er août

La nouvelle force militaire française en Afrique «Barkhane» sera opérationnelle le 1er août et son état-major basé à N'Djamena sous les ordres du général Jean-Pierre Palasset. C'est ce qu'a annoncé samedi dans la capitale tchadienne le ministre français de la Défense.

Jean-Yves Le Drian accompagne François Hollande qui achève ce samedi son périple de trois jours en Afrique à N'Djamena (Tchad), après la Côte d'Ivoire et le Niger. La visite du président français, reçu par son homologue Idriss Deby, était justement destinée à préparer l'installation du commandement de Barkhane à N'Djamena.

Cette force, qui comptera 3000 hommes, prend le relais de l'opération Serval au Mali, pour élargir la lutte contre les mouvements jihadistes à l'ensemble du Sahel, en partenariat avec les cinq pays de la zone (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad).Le général Jean-Pierre Palasset a notamment dirigé la force française Licorne en Côte d'Ivoire en 2010-2011, qui a participé à la chute de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo. Il a ensuite commandé les forces françaises en Afghanistan en 2011 et 2012.

Des unités de 30 à 50 personnes

La nouvelle force intégrera quatre bases régionales: un groupement tactique désert à Gao, au Mali; un autre à N'Djamena avec les forces aériennes; des forces spéciales à Ouagadougou (Burkina Faso), et un pôle de renseignement à Niamey, au Niger, a indiqué le ministre.

Des bases avancées temporaires seront également installées à Madama (nord du Niger), Tessalit (nord du Mali) et dans le nord du Tchad. «Ce seront des petites unités (30 à 50 personnes) susceptibles de pouvoir accueillir une opération si nécessaire. Tout cela en étroite intelligence avec les gouvernements concernés», a expliqué le ministre.

«L'opération Barkhane, c'est 3000 hommes en bonne intelligence avec l'ensemble des gouvernements (de la zone concernée), avec une unité de commandement, une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant