Intervention en Centrafrique : les clés pour comprendre

le
0
Intervention en Centrafrique : les clés pour comprendre
Intervention en Centrafrique : les clés pour comprendre

Après le feu vert de l'ONU ce jeudi, la France dispose désormais d'un mandat pour intervenir militairement en Centrafrique, un pays au bord du chaos, livré aux bandes armées depuis le renversement en mars du président François Bozizé par la coalition rebelle Séléka. Voici, réunis en un glossaire, quelques éléments pour mieux appréhender les très nombreux protagonistes d'un conflit des plus complexes.

« Anti-bakala ». Coupables désignés du massacre perpétré dans la nuit de lundi à mardi, les «anti-balaka» (anti-machettes) sont des membres de milices d'autodéfense paysannes, qui ont émergé depuis septembre dans le nord-ouest du pays, en réaction aux exactions sans fin perpétrées depuis mars dernier par des hommes armés issus des rangs de la coalition rebelle Séléka - depuis dissoute ? qui avait fait tomber le président Bozizé. Les milices anti-balaka sont formées de paysans chrétiens, et s'en prennent aux populations musulmanes, assimilées aux rebelles ex-«Séléka».

François Bozizé. Après de multiples tentatives, François Bozizé parvient à prendre le pouvoir le 15 mars 2003 via un coup d'Etat. Président durant une décennie, marquée par de nombreux affrontements entre l'armée centrafricaine et plusieurs groupes rebelles, il est finalement renversé en mars 2013 par l'un d'entre eux, la coalition Séléka . Le nouveau gouvernement de la République centrafricaine émet alors un mandat d'arrêt international contre François Bozizé et ouvre une enquête sur les crimes présumés qu'il aurait commis durant ses dix années au pouvoir. Le chef d'Etat déchu fuit au Cameroun. En août dernier, lors d'un passage en France, il a exprimé sa volonté de reprendre le pouvoir dans son pays.

CPJP. La Convention des patriotes pour la justice et la paix est un groupe rebelle né dans le nord musulman de la Centrafrique en octobre 2008, en opposition au président Bozizé. Avec un autre groupe né trois ans plus tôt, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant