Intervention au Mali : le consensus politique s'effrite

le
0
Des voix à droite et à gauche remettent en cause le manque de préparation. » Raffarin conseille du «sang-froid» à ses amis

L'union sacrée marque le pas. Depuis jeudi, le consensus qui a entouré le début de l'intervention française au Mali a fait place à un soutien de plus en plus conditionnel: aussi bien à droite que parmi les alliés du Parti socialiste. L'unanimité n'est plus de mise. À droite, dès jeudi, Brice Hortefeux a exprimé, en porte-parole officieux de Nicolas Sarkozy, des doutes sur la «préparation» diplomatique et logistique de l'intervention au Mali. Une façon de laisser percer la critique formulée en privé par l'ancien président de la République, qui juge la France trop isolée.

C'est ensuite Alain Juppé lui-même qui a marqué sa réserve à l'égard de la phase terrestre de l'opération «Serval», qui avait pourtant été exclue par François Hollande. «Nous sommes passés à une autre phase qui n'était pas prévue, et aujourd'hui nous sommes confro...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant