Interrogatoires de la CIA-Des sous-traitants mis en cause

le
0

WASHINGTON, 10 décembre (Reuters) - Une firme dirigée par deux anciens psychologues de l'armée de l'air américaine sans expérience des interrogatoires ni de l'antiterrorisme a recommandé à la CIA d'utiliser des méthodes telles que le simulacre de noyade, selon le rapport publié mardi par la commission du Renseignement du Sénat américain. Les deux hommes en question sont mentionnés dans le rapport sous les surnoms de "Dunbar" et "Swigert". Selon des sources proches des services de renseignement, il s'agit de James Mitchell et de Bruce Jessen. Leur compagnie, Mitchell Jessen & Associates, dont le siège se trouve à Spokane, dans l'Etat de Washington, a sous-traité 80% des interrogatoires de l'agence entre 2005 et 2009, année de la rupture du contrat, ce qui lui valu 80 millions de dollars, dont un million pour assurer l'impunité judiciaire de son personnel. "Aucun des psychologues n'avait d'expérience en tant qu'interrogateur, de connaissances au sujet d'Al Qaïda ou de la lutte antiterroriste, ni d'expérience culturelle ou linguistique adéquate", écrivent les auteurs du rapport. Au cours d'un interrogatoire dans un centre de détention secret début 2003, Abd al Rahim al Nashiri, cerveau présumé de l'attentat contre l'USS Cole commis à Aden en 2000, a été soumis à plusieurs reprises au "waterboarding", un simulacre de noyade, puis contraint de rester plusieurs heures immobile avec les mains sur la tête et les yeux bandés, et menacé avec une pique électrique. Certains membres de la CIA qui y ont assisté ont conclu qu'il ne disposait d'aucune information sur d'éventuels complots terroristes. Un psychologue également présent a toutefois recommandé qu'il soit soumis à nouveau à des méthodes coercitives à même de l'amener "au degré d'impuissance souhaité", selon les sénateurs de la commission du Renseignement. Le rapport ne précise pas s'il s'agissait de Mitchell ou Jessen. Il dit en revanche que le responsable de la CIA chargé des interrogatoires a été tellement choqué par les méthodes recommandées qu'il a refusé d'y être associé. Dans le préambule du rapport, Dianne Feinstein, présidente de la commission sénatoriale du renseignement, dit en être arrivée personnellement à la conclusion que des détenus de la CIA ont été torturés. ID:nL6N0TT3FB (Matt Spetalnick, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant