Interrogations sur un contrat d'Amesys en Libye

le
0
La FIDH a déposé une plainte contre cette filiale de Bull qui a vendu à la Libye du matériel d'écoute pour surveiller la population.

La Fédération internationale des ligues des Droits de l'Homme (FIDH) a déposé une plainte ce mercredi contre Amesys, filiale de Bull, qui a vendu en 2008 à la Libye «Eagle», un logiciel d'interception massive des communications sur internet.

Cet outil permet la surveillance des communications numériques. A la différence des outils d'interception (d'écoute) utilisés dans les démocraties, le logiciel Eagle a permis une interception systématique de l'ensemble des communications internet de la population libyenne.

Les interrogations sur les ventes d'Amesys en Libye ont débuté à la fin de l'été lorsque des journalistes du Wall Street Journal présents en Libye pour couvrir la chute du colonel Kadhafi ont découvert du matériel commercialisé par l'entreprise française ainsi que de nombreux documents de formation. Quelques jours plus tard, Christian Paul, député de la Nièvre, s'est demandé, dans une question au gouvernement, si ce marché ne nécessitait pas «le contrü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant