Interpellations dans l'affaire de Corbeil-Essonnes

le
0
INTERPELLATIONS DANS L'AFFAIRE DE CORBEIL-ESSONNES
INTERPELLATIONS DANS L'AFFAIRE DE CORBEIL-ESSONNES

PARIS (Reuters) - Des perquisitions et des interpellations ont été effectuées lundi dans le cadre de l'enquête sur des soupçons d'achat de votes à Corbeil-Essonnes, fief du sénateur UMP et industriel de l'aéronautique Serge Dassault, apprend-on de source judiciaire.

"Des perquisitions sont en cours depuis ce matin. Il est trop tôt pour savoir le nombre de personnes entendues", dit-on de même source.

Selon des sources policières, les perquisitions ont été effectuées chez des particuliers à Corbeil-Essonnes (Essonne), et à Saint-Fargeau-Ponthierry (Seine-et-Marne).

Le bureau du Sénat a refusé mercredi dernier à une très courte majorité de lever l'immunité parlementaire du propriétaire du groupe Dassault Aviation, 88 ans, qui a été maire de Corbeil-Essonnes de juin 1995 à juin 2009.

Les juges Guillaume Daieff et Serge Tournaire conduisent une instruction visant Serge Dassault pour achat de votes, corruption, blanchiment et abus de biens sociaux.

Ils s'intéressent aux élections municipales organisées en 2008, 2009 et 2010 à Corbeil-Essonnes, remportées par Serge Dassault, puis par son bras droit, Jean-Pierre Bechter.

Une autre instruction est en cours à Evry (Essonne) sur une tentative d'assassinat dont est accusé Younès Bounouara, présenté comme un intermédiaire de Serge Dassault dans les cités sensibles de Corbeil-Essonnes.

L'industriel, qui nie catégoriquement toute implication dans cette deuxième affaire, est pour le moment témoin assisté et se dit victime de "chantage et de racket".

Il a expliqué avoir versé deux millions d'euros à Younès Bounouara et à ses associés, qui l'avaient aidé à s'implanter dans la commune, pour des investissements en Algérie.

Nicolas Bertin, édité par Emmanuel Jarry

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant