Interpellation de trois opposants à l'aéroport de Nantes

le
0
TROIS OPPOSANTSÀ L'AÉROPORT DE NOTRE-DAME-DES-LANDES INTERPELLÉS
TROIS OPPOSANTSÀ L'AÉROPORT DE NOTRE-DAME-DES-LANDES INTERPELLÉS

NANTES (Reuters) - Trois premiers opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ont été interpellés lors de l'évacuation d'une maison occupée illégalement, annonce la préfecture de Loire-Atlantique dans un communiqué.

Ces interpellations surviennent alors que des heurts entre forces de l'ordre et militants radicaux et altermondialistes ont lieu depuis mardi, jour de l'évacuation des 11 premiers terrains et maisons rachetés par le concessionnaire du futur équipement, AGO, filiale du groupe Vinci.

"Les forces de l'ordre font face à des jets de pierres, de bouteilles et de cocktail molotov", affirme la préfecture, tandis que les opposants au projet disent avoir été noyés mercredi soir "sous un nuage de gaz lacrymogènes" sur une terre maraîchère qu'ils avaient défrichée en 2011 pour la cultiver.

Des pelleteuses et engins de chantier ont commencé mercredi à détruire les maisons évacuées mardi.

Les expulsions de mardi, pour lesquelles ont été mobilisés plus de 500 gendarmes, se justifient selon le préfet par les travaux préparatoires aux aménagements routiers qui desserviront cet aéroport interrégional. Ils doivent débuter d'ici à la fin de l'année, tandis que ceux de l'aéroport à proprement parler doivent commencer en 2014.

La construction et la concession du futur aéroport, situé à 30 km au nord de Nantes, ont été confiées au groupe Vinci, qui évalue son coût à 560 millions d'euros. Il en déboursera 320, le reste étant payé par l'Etat (125,5 millions d'euros) et les collectivités locales (115,5 millions d'euros).

Le projet, dont les écologistes réclament l'abandon, est porté par l'Etat et soutenu par les élus socialistes locaux, dont le Premier ministre et ancien député-maire de Nantes Jean-Marc Ayrault.

Présenté par ses promoteurs comme un transfert de l'actuel aéroport Nantes-Atlantique, situé en périphérie immédiate de la ville et menacé selon eux de saturation, le futur équipement vise à réduire les nuisances en termes de bruit et le "sentiment d'insécurité" d'une partie des habitants de l'agglomération survolés par les avions.

Guillaume Frouin, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant