Interpellation dans l'enquête sur la tuerie de Chevaline

le
1
UN HOMME VIVANT EN HAUTE-SAVOIE INTERPELLÉ DANS L'ENQUÊTE SUR LA TUERIE DE CHEVALINE
UN HOMME VIVANT EN HAUTE-SAVOIE INTERPELLÉ DANS L'ENQUÊTE SUR LA TUERIE DE CHEVALINE

TALLOIRES, Haute-Savoie (Reuters) - Un homme de 48 ans vivant en Haute-Savoie a été interpellé et placé en garde à vue mardi dans le cadre de l'enquête sur la tuerie de Chevaline, qui a fait quatre morts, dont trois Britanniques, en 2012, a annoncé le procureur d'Annecy.

L'identité de cet homme, interpellé par les gendarmes de la section de recherches de Chambéry, n'a pas été révélée.

Il s'agirait du motard aperçu par des témoins à proximité de la scène de crime, et qui était recherché "activement" par les enquêteurs, a indiqué le procureur.

"Cette interpellation, qui ne restera peut-être pas unique, est le fruit des témoignages recueillis notamment après la diffusion le 4 novembre 2013 d'un portrait-robot d'un motard", écrit Eric Maillaud dans un communiqué.

Des perquisitions ont eu lieu mardi, notamment au domicile du suspect à Talloires (Haute-Savoie), près du lac d'Annecy tout proche de Chevaline, a constaté Reuters sur place. Les gendarmes recherchent l'arme du crime dans la maison et le jardin.

Selon France 3 Alpes, le suspect serait un amateur d'armes et un ancien policier municipal remercié pour faute en octobre dernier qui depuis travaillait en Suisse.

Le portrait-robot montrait un homme casqué et portant un bouc. Lors de sa diffusion en novembre dernier, la gendarmerie insistait sur l'importance qui devait être portée au casque, décrit par les témoins comme étant de couleur noire ou foncée avec ouverture latérale au niveau de la mentonnière.

UN SEUL TIREUR

Le seul casque sur le marché correspondant à cette description n'a été diffusé qu'à quelques milliers d'exemplaires dans le commerce et les enquêteurs l'ont cherché en vain sur internet et dans les boutiques spécialisées.

Un motard avait été aperçu non loin des lieux du crime par Brett Martin, un cycliste britannique et, lors de la diffusion du portrait-robot, le procureur avait déclaré qu'il était recherché comme témoin, un statut qui a évolué.

Cet homme avait aussi été prié de quitter cette région boisée interdite aux engins motorisés par des agents de l'ONF qui avaient pu apercevoir le visage du conducteur lorsqu'il avait levé la visière de son casque, peu avant la tuerie.

Saad al Hilli, un Britannique d'origine irakienne de 50 ans, avait été retrouvé mort de plusieurs balles dans la tête avec sa femme et sa belle-mère sur le parking d'une route forestière le 5 septembre 2012. Un cycliste de la région qui passait par là avait également été abattu.

La famille al Hilli avait deux filles qui ont survécu au drame après que l'une d'elles a été laissée pour morte.

Eric Maillaud a expliqué fin 2013 qu'il y avait "un seul tireur" mais que celui-ci avait peut-être des complices.

Près de 25 douilles ont été retrouvées sur la scène du crime et elles proviennent toutes de la même arme, un ancien Luger en dotation il y a de nombreuses années dans l'armée suisse.

La Suisse est toute proche de la Haute-Savoie.

Chine Labbé, avec Vincent Fribault à Talloires, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8721653 le mardi 18 fév 2014 à 19:04

    C'est encore une histoire d'arabes