Interparfums revoit sa prévision 2015 grâce à l'euro

le
0
INTERPARFUMS REVOIT SA PRÉVISION 2015 GRÂCE À L'EURO
INTERPARFUMS REVOIT SA PRÉVISION 2015 GRÂCE À L'EURO

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Interparfums a nettement accéléré la cadence au quatrième trimestre 2014, porté par le succès des parfums Montblanc, et a revu en hausse sa prévision de chiffre d'affaires 2015 à la faveur de la baisse de l'euro face au dollar.

Le concepteur de parfums sous licence a vu son chiffre d'affaires grimper de 30% (+26,5% à taux de changes constants) au quatrième trimestre, bouclant son exercice 2014 sur une croissance organique de 19% et des ventes de 297 millions d'euros.

Après un mois de janvier qualifié de "très bon et supérieur aux prévisions" par son PDG, Philippe Benacin, Interparfums anticipe une "année 2015 qui se présente bien", grâce notamment aux lancements prévus chez Montblanc, Jimmy Choo et Boucheron.

Le groupe table sur un chiffre d'affaires annuel compris entre 310 et 320 millions d'euros, au lieu des 300-310 millions anticipés en novembre. "L'objectif a été revu du fait de la parité euro-dollar" a déclaré à la presse Philippe Benacin.

Le groupe qui réalise 40% à 45% de ses ventes en dollars pourrait profiter, si l'euro se stabilisait autour d'un dollar cette année, d'un "impact de change très significatif" sur les ventes et le résultat opérationnel, de l'ordre de 10 et 8 millions d'euros respectivement, a-t-il ajouté.

Interparfums, fort d'une trésorerie nette de 222 millions d'euros à la fin 2013, ne cache pas ses ambitions de croissance externe depuis la perte de la licence Burberry qui l'a privé de plus de 230 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel.

Son PDG pense maintenant pouvoir boucler une acquisition dans le courant du premier trimestre.

BEAUCOUP DE DISCUSSIONS

"Nous discutons beaucoup depuis deux mois. Cela va bientôt déboucher", a-t-il indiqué, précisant que le groupe n'était pas intéressé par la reprise d'une marque dotée de son propre réseau de magasins.

Le Labo ou les Editions de Parfums Frédéric Malle, avec leurs propres boutiques, ont été rachetées par Estée Lauder tandis que L'Artisan Parfumeur vient d'être acquis, en même temps que le britannique Penhaligon's, par l'espagnol Puig.

La parfumerie haut de gamme, qui profite d'une croissance nettement supérieure à la moyenne du marché, est en pleine ébullition et suscite les convoitises.

En 2014, les ventes de Montblanc (groupe Richemont), devenue la première marque d'Interparfums, ont décollé de 33% en 2014 pour atteindre 83,4 millions d'euros - un chiffre multiplié par quatre en quatre ans - dopées par le lancement, au printemps de la ligne "Emblem".

Lanvin et Jimmy Choo, en deuxième et troisième position, ont signé des croissances annuelles de 5% et 8% à 68,0 et 59,1 millions d'euros, tandis que les parfums Karl Lagerfeld (18 millions), lancés à grand renfort de publicité en mars 2014, n'ont pas été à la hauteur des attentes.

Interparfums anticipe une croissance "à un chiffre seulement" cette année pour la marque de l'emblématique couturier de Chanel et va cesser sa distribution aux Etats-Unis, faute de ventes.

Les ventes des parfums des marques joaillières Van Cleef & Arpels (Richemont) et Boucheron (Kering) sont restées à la peine (-7% et -20% respectivement).

(édité par Jean-Michel Bélot)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant