Interparfums pense revoir à la hausse son CA annuel

le
0

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Interparfums, qui a fait état mardi d'une forte progression de sa rentabilité opérationnelle au premier semestre, pense revoir à la hausse sa prévision de chiffre d'affaires annuel grâce au carnet de commandes de la nouvelle ligne de parfums Burberry tout juste lancée.

Le concepteur de parfums sous licence pour les marques de luxe comme Lanvin, Van Cleef & Arpels (groupe Richemont), Montblanc ou Paul Smith, a vu son résultat opérationnel grimper de 21% à 26,0 millions d'euros au premier semestre, pour une marge record de 16% (contre 14,3% un an plus tôt).

Cette forte progression s'explique essentiellement par une quasi-stabilité (+2%) des dépenses publicitaires, Interparfums ayant réservé les deux tiers de son budget d'investissement (de 90 millions d'euros au total) à son nouveau parfum Burberry, baptisé "Burberry Body".

"Le carnet de commandes actuel sur Burberry Body nous a incités à renforcer de manière significative nos budgets médias sur la fin de l'exercice, ce qui devrait nous conduire à revoir à la hausse notre objectif de chiffre d'affaires annuel", déclare le PDG de la société, Philippe Benacin.

Il s'est refusé à plus de précision, indiquant simplement que des détails seraient donnés lors de la publication des ventes du troisième trimestre, le 25 octobre.

Interparfums avait dit fin juillet tabler sur des ventes annuelles de 350 millions d'euros, après 306 millions en 2010, grâce au nouveau Burberry.

Ce lancement, crucial pour Interparfums qui réalise plus de la moitié de ses ventes avec la marque au tartan, engendrera d'importantes dépenses publicitaires qui pèseront donc sur la rentabilité au second semestre.

L'ENJEU BURBERRY

L'enjeu est de taille pour Interparfums car la marque anglaise de prêt-à-porter, célèbre pour ses trench-coats, entend changer de dimension dans le parfum avec ce nouveau jus dont elle attend beaucoup.

Burberry dispose aussi, jusqu'à la fin de l'année, d'une option de rachat de sa licence, une éventualité jugée jusqu'ici peu probable par le management d'Interparfums.

"Le risque zéro n'existe pas. Mais je n'y crois pas beaucoup", a déclaré Philippe Benacin.

La société poursuit cependant une stratégie de diversification, grâce à de nouveaux contrats de licence avec Jimmy Choo, Boucheron ou Balmain, grâce auxquels elle entend à terme alléger le poids de Burberry dans son chiffre d'affaires.

Interparfums avait déjà publié son chiffre d'affaires semestriel fin juillet, marqué par un net ralentissement au deuxième trimestre sous l'effet d'une baisse des ventes des anciennes lignes de Burberry.

Le résultat net semestriel a grimpé de 33% à 17 millions d'euros.

A la Bourse de Paris, le titre avance de 1,4% vers 11h50, à 19,17 euros, surperformant un marché en baisse de 1,6%.

Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant