Internet sans frontière, voie ouverte à la révolution des objets connectés

le
0
Internet sans frontière, voie ouverte à la révolution des objets connectés
Internet sans frontière, voie ouverte à la révolution des objets connectés

Les espaces non connectés à l'internet vont se réduire comme peau de chagrin à la surface de la planète, permettant une explosion prochaine du nombre d'objets connectés, ont observé mercredi les experts réunis au colloque Idate sur le monde numérique à Montpellier.Afin de supprimer les zones blanches, ces secteurs géographiques où internet est absent, soit la majeure partie des terres émergées ainsi que les océans, la solution devrait venir en grande partie du ciel."Les satellites géostationnaires sont la seule technologie capable de parvenir à une couverture complète, trois sont suffisants pour couvrir le monde entier à l'exception des pôles", a ainsi assuré Michel de Rosen, PDG d'Eutelsat."L'espace peut en effet compléter l'offre d'internet mobile mais à travers différentes alternatives", a pour sa part précisé Christophe Wilhelm, vice-président en charge de la stratégie et de l'innovation de Thales Alenia Space.Plutôt qu'un satellite géostationnaire, placer un satellite en orbite basse est plus simple et plus rentable, cette solution offrant une bande passante élevée et un faible temps de latence.Thales Alenia conçoit les satellites de l'opérateur O3b Networks, qui ambitionne d'offrir un accès internet très haut débit et bon marché à trois milliards d'habitants."Mais une fois envoyé, un satellite, quel qu'il soit, ne peut pas être réparé s'il ne fonctionne pas", souligne Christophe Wilhelm.Une autre possibilité est donc de constituer un réseau de ballons envoyés dans la stratosphère et munis de panneaux solaires, ne nécessitant pas un fort investissement.Google a lancé ses premiers exemplaires en juin 2013 fournissant un accès Internet sans fil à quelques habitants de Nouvelle-Zélande.Avec ce système qui abaisse le prix du transport des données, il faudrait 500 millions d'euros pour couvrir l'intégralité de la Mongolie, pays trois fois plus grand que la France, selon M. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant