Internet perturbé durant plusieurs heures en Corée du Nord

le
0

(actualisé avec précisions, réaction de Pékin) WASHINGTON, 23 décembre (Reuters) - La Corée du Nord a retrouvé mardi son accès à internet après une coupure de plusieurs heures, annonce une entreprise américaine spécialisée dans l'analyse des flux électroniques. Dyn Research a dit ne pas connaître les raisons de ces perturbations qui pourraient selon ce groupe avoir été provoquées par des problèmes techniques ou par une cyberattaque. Plusieurs responsables américains proches de l'enquête sur l'attaque qui a visé Sony Pictures ont dit que les Etats-Unis n'étaient pas impliqués dans une quelconque attaque informatique visant la Corée du Nord. Le président américain a promis vendredi dernier de mener des représailles après l'attaque qui a visé Sony et qu'il a imputée à la Corée du Nord. Parallèlement, la Corée du Sud, techniquement toujours en guerre contre la Corée du Nord, a dit mardi ne pas exclure la responsabilité de Pyongyang dans le piratage informatique d'une centrale nucléaire. Selon Séoul, aucune donnée importante n'a été volée. Washington a été sollicitée pour aider la Corée du Sud dans son enquête. La Corée du Nord reste un des pays les plus isolés du monde et les effets de la coupure d'internet n'étaient pas connus dans l'immédiat. Très peu de citoyens nord-coréens, sur les 24 millions qui peuplent la partie septentrionale de la péninsule, ont accès à internet. VIGOUREUX DEMENTI DE PEKIN Avec seulement un millier d'adresses internet, un seul fournisseur d'accès et un câble vers le reste du monde via la Chine, les connexions internet de la Corée du Nord sont négligeables et représentent à peine 1% de celles de l'Afghanistan, autre pays asiatique pauvre qui a à peu près le même nombre d'habitants. La Corée du Nord est "l'un des pays le moins connectés au monde", selon Matthew Prince, Pdg de la société informatique CloudFare. Les Etats-Unis ont demandé jeudi dernier l'aide de la Chine, pays allié à Pyongyang, pour fermer les serveurs et éteindre les routeurs utilisés par la Corée du Nord et qui utilisent des réseaux chinois, ont dit des responsables américains à Reuters. Ils ont également demandé à Pékin d'identifier les pirates informatiques nord-coréens qui agiraient depuis la Chine, souhaitant que cette dernière envoie un signal fort à Pyongyang. Selon les responsables américains, la Chine n'avait lundi répondu à aucune demande formulée par Washington. Le ministère chinois des Affaires étrangères a vigoureusement démenti mardi avoir joué le moindre rôle, jugeant "irresponsables" les informations selon lesquelles la Chine aurait contribué à perturber l'accès à internet en Corée du Nord. (David Brunnstrom, Jeremy Wagstaff et Ben Blanchard; Nicolas Delame et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant