Internet: Neo Telecoms poursuit son développement dans l'ouest de la France

le
0
Internet: Neo Telecoms poursuit son développement dans l'ouest de la France
Internet: Neo Telecoms poursuit son développement dans l'ouest de la France

L'opérateur Neo Telecoms a annoncé lundi qu'il prenait une participation au capital de l'opérateur régional Hits Datacenter, basé dans l'ouest de la France, afin de poursuivre le développement en régions de ses infrastructures très haut débit, selon un communiqué.Le groupe n'a dévoilé aucun détail financier de l'opération.Neo Telecoms est un opérateur d'infrastructures qui propose l'hébergement des données et l'utilisation de l'informatique dématérialisée ("cloud") dans des datacenters neutres et ouverts à tous les opérateurs, ainsi qu'un réseau dorsal de fibre optique présent dans 13 pays."Dans le cadre de notre stratégie de développement en région, qui consiste à détenir le premier réseau de datacenters de proximité, la prise de participation au sein de l'opérateur Hits Datacenter nous permet de poursuivre notre maillage du territoire français en s'appuyant sur un leader régional", a indiqué à l'AFP le directeur général Florian du Boys.Pour les deux structures, ce rapprochement est stratégique car elles sont "très complémentaires", a-t-il assuré.Neo Telecoms complète ainsi son maillage en région avec deux nouveaux datacenters de proximité, l'un situé à Nantes et l'autre, en construction, à La Roche-Sur-Yon, un investissement de 1,5 million d'euros dont l'ouverture est prévue fin 2013, indique le groupe.De son côté, Hits Datacenter "peut faire bénéficier à tous ses clients du réseau national et international de Neo Telecoms", qui possède actuellement trois datacenters à Paris, et cinq en régions à Toulouse, Besançon, Metz, Nancy et à Montpellier, grâce à l'achat de l'opérateur MIT en janvier 2012."Au delà de l'ouverture du site vendéen, nous travaillons ensemble à l'ouverture de deux autres datacenters dans la région" ouest, a ajouté M. du Boys.Neo Telecoms a réalisé un chiffre d'affaires de 26,8 millions d'euros en 2012, en hausse de 17% sur un...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant