Internet : les services secrets allemands nous espionnent aussi

le
1
Internet : les services secrets allemands nous espionnent aussi
Internet : les services secrets allemands nous espionnent aussi

Le web serait-il moins sûr que ne l'imagine l'internaute moyen ? L'atteinte à la vie privée pour des motifs commerciaux était largement connue mais les révélations par Edward Snowden des écoutes de la NSA et du système Prism pointe le curseur sur un autre type d'espionnage informatique digne du Big Brother du roman d'Orwell «1984».

Les sociétés occidentales de plus en plus connectées s'exposent aujourd'hui à une surveillance électronique de leurs communications à la lisière du droit. Le grand public apprend à peine comment son gouvernement espionne ses échanges numériques au nom de la sécurité nationale et de la lutte contre le terrorisme. Les grandes unités de surveillance dans le monde sont sous les feux des projecteurs, sommées de rendre des comptes sur leurs activités.

Après les révélations du Monde, selon lesquelles la DGSE surveille le flux internet entre la France et l'étranger, l'hebdomadaire d'investigation allemand Spiegel a découvert que les services secrets d'outre-Rhin, le BND, détournent à des fins de surveillance environ 5% du trafic internet du Deutscher Commercial Internet Exchange de Francfort, un des points d'échange internet les plus importants d'Europe.

Problème, cette surveillance ne s'arrête pas aux frontières de l'Allemagne. Cinq cent fournisseurs d'accès au réseau ou hébergeurs dispersés dans 50 pays utilisent cette plateforme de connexion. Le DE-CIX compte par exemple Bouygues Telecom, Orange Business, Free SAS et Neuf Cegetel parmi ses clients. Des sites comme Yahoo, Facebook ou Badoo accèdent aussi à la Toile par ce «hub» ou noeud d'accès.

900 000 emails interceptés en 2012

Les espions de BND ont ainsi pu avoir accès à des conversations électroniques du monde entier. Cet espionnage virtuel a rapidement évolué à partir de 2011 grâce à un meilleur filtrage par 16 000 mots clé. De 37 millions d'emails interceptés en 2010 - dont une majorité de spams -, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • manx750 le mardi 18 juin 2013 à 19:12

    IL est effarant et scandaleux que Bopuygues et ORANGE business passent pas des plateformes aux mains d'un pays étranger comem l'Allemagne pour distribuer les échanges mails et autres sans que le client le sache ! Où est la confidentialité des affaires si les Teutons peuvent piller nos donées échnagées sur nos réseaux ? Je vais resilier mes services business chez Orange illico !