Internet: les projets, fous ou très sérieux, de start-up françaises

le
0
Internet: les projets, fous ou très sérieux, de start-up françaises
Internet: les projets, fous ou très sérieux, de start-up françaises

Détrôner PowerPoint, inventer un format publicitaire, lancer une "nouvelle couche" de l'internet voire un réseau social où on contrôle ses données personnelles: grâce à des projets un peu fous ou très sérieux, des start-up françaises veulent défier les modèles existants."Goodbye PowerPoint!" L'objectif affiché par la start-up normande Bunkr est en effet de "détrôner" l'emblématique logiciel de présentation professionnelle du géant Microsoft, aux dizaines de millions d'utilisateurs dans le monde."PowerPoint n'est pas un outil nouvelle génération et reste extrêmement complexe: par exemple il faut que les utilisateurs s'envoient les fichiers via mail et aient la même version du logiciel. Il y a un gros besoin d'alternative dans les entreprises qui l'utilisent au quotidien", estime Alexis Jamet, cofondateur de Bunkr."Dans Bunkr, tout est dématérialisé, plus collaboratif, il n'y a pas de logiciel à installer", indique à l'AFP le jeune (25 ans) dirigeant de la start-up de cinq personnes qui, en trois mois de commercialisation, affiche déjà 7.000 utilisateurs "dans cent pays", et voudrait lever un million d'euros.Offrir une alternative à Facebook, c'est l'idée de Timothée Jaussoin, fondateur du réseau social Movim qui recense un petit millier d'utilisateurs.Profil, mur, groupes, messagerie instantanée: à première vue, Movim ressemble à un réseau social "classique". A une (grosse) différence près: contrairement à Facebook, qui héberge, stocke voire utilise les données de ses membres, Movim n'a pas d'entité centrale et chaque utilisateur crée ainsi son propre petit serveur, où ses données restent privées.Ce modèle, encore confidentiel, s'adresse plutôt à des technophiles, "mais notre ambition c'est le long terme, car tout ce qui est libre et décentralisé sur internet finit par s'imposer. Nous utilisons un réseau existant, XMPP, initialement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant