Internet: le "phishing" se perfectionne pour extorquer des données

le
0
Internet: le "phishing" se perfectionne pour extorquer des données
Internet: le "phishing" se perfectionne pour extorquer des données

Autrefois bourrés de fautes, les emails de "phishing", ou hameçonnage, dont peuvent potentiellement être victimes les 800.000 clients d'Orange dont les données ont été piratées, se perfectionnent sans cesse pour tromper les utilisateurs et leur soustraire des informations confidentielles.Dimanche, le premier opérateur français a indiqué qu'une intrusion avait eu lieu dans ses bases de données le 16 janvier, et qu'"un nombre limité" de données personnelles - nom, prénom et adresse postale, affirme Orange - relatives à 800.000 de ses clients internet avaient été dérobées.Ce type d'intrusion informatique est souvent mené à des fins de "phishing": grâce à ces informations, les cybercriminels se font plus facilement passer pour un tiers de confiance - banque, opérateur télécoms, caisse d'assurance maladie - et attirent les utilisateurs pour qu'ils rentrent leurs mots de passe ou leur numéro de carte/compte bancaire, en les redirigeant vers des sites "miroir" qui reproduisent fidèlement logos et identité visuelle des interlocuteurs présumés.Exemples typiques: "l'accès à votre code bancaire a été bloqué pour des raisons de sécurité. Merci de bien vouloir vous reconnecter ci-dessous avec votre ancien mot de passe pour le reconfigurer", ou "l'allocation de rentrée scolaire est revalorisée, pour accélérer votre remboursement, veuillez cliquer ci-dessous et remplir le formulaire".Après une intrusion comme celle perpétrée chez Orange, "il y a deux utilisations possibles des données volées: la revente, avec des prix allant de 25 centimes par information à plusieurs dizaines, voire une centaine d'euros s'il s'agit de données bancaires. Et il y a aussi l'utilisation directe de ces données pour créer des mails de +phishing+ apparaissant les plus crédibles possibles afin d'augmenter le taux de clic", indique à l'AFP Gérôme Billois, expert du cabinet de conseil ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant