Internet: le "Droit à l'oubli", un casse-tête pour Google

le
0
Internet: le "Droit à l'oubli", un casse-tête pour Google
Internet: le "Droit à l'oubli", un casse-tête pour Google

Au nom du "droit à l'oubli" décidé par la Cour européenne de justice, des centaines des milliers de pages seront-elles masquées sur Google? Comment et à qui s'appliquera cette règle? Les experts de l'"e-réputation" prédisent un gigantesque casse-tête. QUESTION: Qui peut demander à Google d'effacer un lien?REPONSE: Seuls les citoyens européens et les résidents en Europe peuvent remplir le formulaire mis en ligne par Google le 30 mai (rubrique "Confidentialité et conditions d'utilisation", puis "FAQ") pour demander le retrait d'un lien vers une page indésirable généré par une recherche sur leur nom. Q: Ce lien disparaît-il de tous les sites de Google? R: Non. Si Google accepte, le lien sera retiré de toutes ses versions européennes, mais demeurera sur ses versions non-européennes, par exemple sur google.ca (version canadienne). Google n'indique aucun délai de traitement. Les pages elles-mêmes restent intactes et référencées par Google pour d'autres recherches. Q: Quid du droit à l'information sur les personnalités publiques?R: Les particuliers peuvent demander le retrait d'informations les concernant qui ne sont pas ou plus pertinentes, sauf celles "d'intérêt public en raison du rôle public" de la personne, a indiqué la Cour. Un élu ou une célébrité seraient donc déboutés. Q: Comment Google va-t-il traiter ces demandes?R: Au premier jour de la mise en ligne du formulaire, le moteur de recherche avait reçu 12.000 demandes, et 41.000 le 2 juin au soir, au bout de quatre jours. "Il y aura 500.000 à un million de demandes d'ici un an", prédit Bernard Girin, PDG de l'agence Reputation VIP. "Il y aura une énorme file d'attente", renchérit Stéphane Alaux, dirigeant de Net'Wash. "Comment Google pourra-t-il traiter ces centaines de milliers de demandes qui chacune prendront du temps, ne serait-ce que pour vérifier l'identité du demandeur? Cela semble ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant