Internet : la difficile bataille du droit à l'oubli

le
0
Internet : la difficile bataille du droit à l'oubli
Internet : la difficile bataille du droit à l'oubli

Il tenait à tout prix à « laver son nom et [son] honneur ». Victime d'une incroyable usurpation d'identité sur Internet, Malek Mokrani a obtenu hier de la cour d'appel de Paris la condamnation de son ancien associé, Mehdi Lajnef. Absent vendredi -- comme son avocat, qui n'a pas donné suite à nos appels --, l'homme avait reconnu à l'audience avoir agi « par vengeance » tout en minimisant les faits mais s'est vu infliger une peine de dix mois de prison avec sursis ainsi que le versement de 30 000 ¤ en réparation du préjudice moral et matériel.

Comme lui, d'autres auteurs de canulars ou mauvaises blagues avaient déjà fait les frais de la nouvelle loi sur l'usurpation d'identité en ligne. Comme cet homme qui, en 2010, avait créé un faux profil de son ex-compagne, où elle apparaissait en petite tenue, qui avait écopé de quatre mois de prison avec sursis.

Au-delà de l'acharnement dont il a été victime, si Malek Mokrani a choisi de témoigner dans nos colonnes, c'est aussi pour mettre en garde les usagers d'Internet que nous sommes tous. Qu'il s'agisse de malveillance intentionnelle ou d'un passé dont on aimerait simplement qu'il le reste, force est de constater qu'il est aujourd'hui bien compliqué de faire respecter son « droit à l'oubli », une notion qui en est encore à ses balbutiements.

Prudence et prévoyance avant tout

Si la Cour de justice européenne a imposé en mai dernier au moteur de recherche Google de s'y conformer, de nombreux obstacles, tant pratiques que juridiques, demeurent. Malek Mokrani s'est lui-même vu opposer une fin de non-recevoir de la part du géant américain, ainsi que de plusieurs autres réseaux sociaux, qui n'ont souvent pas les équipes adéquates pour faire face à ces demandes. En l'absence d'outils véritablement efficaces et de moyens de coercition, ce sont donc des entreprises privées, moyennant finances, qui restent souvent la véritable planche de salut des victimes souhaitant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant