Internet : Facebook Messenger touché par un virus

le
0
Internet : Facebook Messenger touché par un virus
Internet : Facebook Messenger touché par un virus

Les cyberpirates rivalisent d'ingéniosité pour vous piéger. Cette fois, ils ont  sévi sur Messenger, l'application de messagerie du réseau social Facebook. L'application est en effet infectée depuis plusieurs jours par un virus insidieux qui arrive sous forme d'un lien envoyé par un ami, selon plusieurs sources.

L'information a été jugée comme suffisamment sérieuse par le ministère français de l'Intérieur  qui publie un avertissement mardi soir sur sa page Facebook incitant les internautes à se méfier d'un lien pouvant être envoyé par un ami: «Ce lien contient votre prénom suivi de +Vidéo+ et utilise votre photo de profil comme image d'illustration», explique-t-il. 

 

 

Dans ce cas, l'internaute doit éviter de cliquer sur le lien avec l'extension «graphics» qui redirige vers un faux site de la plateforme de vidéos YouTube et incite à télécharger une extension malveillante pour le navigateur Google Chrome. Pas de panique toutefois si l'internaute a cliqué sur le lien et installé l'extension, il peut néanmoins désinstaller l'extension «Eko» dans les paramètres de Google Chrome. 

 

Peu d'utilisateurs concernés selon Facebook

 

Facebook a confirmé mercredi le problème, mais considère qu'une proportion peu importante d'utilisateurs a été confrontée à ces messages, sans donner plus de précisions. Le réseau social souligne par ailleurs que le virus n'est pas actif en un seul clic, mais qu'il ne s'active que si l'internaute installe des extensions de logiciel. «Il est plus important que jamais de protéger les gens qui utilisent Facebook» et le réseau social a développé «des systèmes automatisés qui identifient les liens potentiellement dangereux et les empêchent de se répandre», a dit à un porte-parole. «Nos systèmes nous aident déjà à bloquer ce contenu malveillant sur notre plateforme», a-t-il souligné.

 

Si Facebook suspecte un ordinateur d'être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant