Internet des objets: la bataille des futurs standards de communication est engagée

le
0
Internet des objets: la bataille des futurs standards de communication est engagée
Internet des objets: la bataille des futurs standards de communication est engagée

Les futurs standards de communication connectant le vaste ensemble de l'internet des objets ne sont pas encore définis et font l'objet d'une âpre bataille, aux enjeux tant techniques et économiques que politiques."La communication sur internet se base sur une couche IP (protocole internet, ndlr) qui harmonise à un certain niveau tous les standards existants, mais l'internet des objets possède des protocoles propres à certains métiers et usages, loin de garantir une communication unifiée et sécurisée entre des équipements hétérogènes", résume David Excoffier, responsable innovation chez Sogeti.Pacemaker, voiture, caméra, compteur d'eau, alarme, montre, station météo, drone, brosse à dent, ampoule, maillot de bain: la nature très variée des objets connectés a poussé des entreprises de secteurs divers à former plusieurs alliances internationales.Officialisé en avril dernier, le consortium LoRa regroupe une soixantaine d'entreprises mondiales parmi lesquelles Cisco ou IBM, et, en France, Bouygues Telecom et Schneider Electric.Face à elle, la start-up tricolore Sigfox, basée à Toulouse, collabore avec des opérateurs comme Telefonica, SK Telecom et NTT Docomo, entrés à son capital lors d'une levée de fonds de 100 millions d'euros en février."Ce sont les deux seuls systèmes matures, mais nous sommes en avance: nos premiers réseaux sont déjà installés, capables dès maintenant de gérer plusieurs milliards d'objets, et ne vont pas tarder à être rentables", assure Christophe Fourtet, co-fondateur en 2009 de Sigfox."LoRa est plus performant notamment en termes de flexibilité du réseau", rétorque Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom.Alors que s'affrontent près d'une dizaine de projets concurrents (Zigbee, Thread, Weightless...), l'Union internationale des télécommunications (UIT), agence des Nations unies, est censée superviser ce processus, en allouant des bandes spécifiques pour les différents ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant