Internet: Cazeneuve appelle à collaborer contre l'embrigadement sectaire

le
0
Internet: Cazeneuve appelle à collaborer contre l'embrigadement sectaire
Internet: Cazeneuve appelle à collaborer contre l'embrigadement sectaire

Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a plaidé jeudi à Washington pour "une meilleure coordination dans la lutte contre la propagande et le recrutement terroristes sur internet", appelant les géants de la toile à collaborer "contre l'embrigadement sectaire"M. Cazeneuve doit se rendre vendredi à San Francisco pour y rencontrer des responsables de Google, Facebook, Microsoft et Twitter et les exhorter à "une responsabilité partagée" face à une "menace protéiforme"."Aujourd'hui, le terrorisme est diffus et en +accès libre+", a déploré le ministre français, au dernier jour d'un sommet international contre la violence extrémiste, en appelant à "peser collectivement sur les opérateurs" internet.Les vidéos des exécutions par décapitation et par le feu perpétrées récemment par l'organisation Etat islamique ont largement circulé sur internet. Plus généralement, les appels à rejoindre le jihad ou les méthodes du parfait "loup solitaire" se propagent dans les médias sociaux ou sur YouTube.M. Cazeneuve a prôné auprès de ses partenaires de 60 pays "une meilleure coordination dans la lutte contre la propagande et le recrutement terroristes sur internet", en souhaitant une harmonisation au niveau international des "législations en matière de retrait des contenus illégaux".La France s'est déjà dotée d'une loi autorisant "le blocage administratif des sites internet qui appellent au terrorisme ou en font l'apologie", s'est félicité M. Cazeneuve, précisant que "le délit d'apologie et de provocation au terrorisme" avait été également renforcé dans l'hexagone.Fort de cette expérience, le responsable français demandera vendredi aux "grands majors de l'internet" américains de prendre des mesures concrètes pour participer à cette bataille "d'intérêt général". Car, il faut faire en sorte que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant