Internet à Cuba, chasse gardée des privilégiés et des débrouillards

le
0

Chaque week-end à La Havane, des grappes de jeunes Cubains munis de smartphones et tablettes se regroupent aux abords des hôtels, ambassades et centres d'affaires pour tenter de récupérer des signaux internet et passer outre le strict contrôle des autorités."Il y en a qui captent des signaux wifi dont ils ont obtenu les codes par des amis qui travaillent ici, mais je sais qu'il y en a d'autres qui arrivent à craquer les mots de passe avec des logiciels spéciaux", explique sous couvert d'anonymat un jeune informaticien au pied d'un immeuble d'affaires de l'ouest de La Havane. Dans une petite rue bordant un hôtel voisin, un autre stratagème est à l'oeuvre. De jeunes gens tapotent fiévreusement sur les touches de leurs appareils: ils sont en ligne grâce à une connexion partagée par l'ordinateur d'un camarade posté à la réception.A Cuba, les signaux wifi sont très convoités. Car internet, sous contrôle strict, est réservé aux entreprises, universités et institutions. Quelques rares privilégiés, journalistes, artistes et médecins notamment, ont droit à une connexion particulière. En 2013, seulement 3,4% des foyers cubains étaient connectés, selon l'Union internationale des télécommunications (UIT), qui place le pays parmi les moins "branchés" au monde.Depuis juin 2013 toutefois, l'île communiste a concédé une petite brèche avec la création d'une centaine de salles de navigation publiques. Mais à 4,5 dollars l'heure, les tarifs sont prohibitifs dans un pays où le salaire mensuel moyen avoisine les 20 dollars. Auparavant, seuls les hôtels pouvaient proposer internet au public, avec là encore une barrière tarifaire que seuls les visiteurs étrangers peuvent franchir (jusqu'à 10 dollars l'heure).La compagnie Etecsa, qui détient le monopole d'Etat sur les mobiles, ne propose pas d'internet mobile à ses clients, alors que le 3G en "roaming" ("itinérance"), pour les visiteurs étrangers, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant