Intermittents : Valls fait un geste financier, la CGT veut reconduire la grève

le
20
Intermittents : Valls fait un geste financier, la CGT veut reconduire la grève
Intermittents : Valls fait un geste financier, la CGT veut reconduire la grève

Apaiser la grogne des intermittents. C'est ce à quoi Manuel Valls s'est employé jeudi, alors que les festivals d'été sont menacés par la grève des travailleurs du monde du spectacle, qui dure maintenant depuis deux mois. Le Premier ministre a confirmé ce jeudi que la convention d'assurance-chômage «sera agréée» par le gouvernement. Dans la foulée, il a annoncé plusieurs mesures pour «apaiser les craintes et se donner les moyens d'une vraie refondation» du statut d'intermittent. Des concessions insuffisantes pour la CGT-Spectacle qui a aussitôt dénoncé des «mesurettes», et annoncé un «probable préavis de grève» pour le 1er juillet.

>>> REPONDEZ A LA QUESTION DU JOUR : Les intermittents du spectacle bénéficient-ils d'un traitement de faveur ?

Les gestes «d'apaisement» de Valls

L'Etat «financera» la non-application de la mesure la plus contestée. «Nous avons décidé une mesure d'apaisement» a déclaré Manuel Valls face à la presse. L'Etat va «financer», de manière transitoire, le manque à gagner pour l'Unedic de la mesure la plus contestée par les intermittents du spectacle : le différé d'indemnisation qui ne s'appliquera donc pas au 1er juillet. Il s'agit d'un délai de carence, qui repousse la date à partir de laquelle les intermittents commencent à percevoir leurs allocations chômage. 

Cette mesure devrait coûter 90 millions d'euros en année pleine, a précisé le Premier ministre. «En d'autre termes, les intermittents concernés ne verront pas de changement de leur situation par rapport à leur situation actuelle. L'effet du différé sera totalement neutralisé par cette intervention de l'Etat» a précisé Manuel Valls ajoutant qu'il s'agissait d'une mesure «transitoire».

Une mission pour redéfinir le statut d'intermittent. Manuel Valls a aussi annoncé avoir confié à trois personnalités une mission pour redéfinir le statut d'intermittent du spectacle. Il s'agit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • psdi le samedi 21 juin 2014 à 11:40

    @fbordach : Merci pour ton mot "saprophyte" que je ne connaissais pas. J'espère que je te donne pas de mycose au moins.

  • fbordach le samedi 21 juin 2014 à 09:48

    Allez hop, une petite capitulation de plus... J'en ai marre de payer toujours plus d’impôts pour des parasites! je supporte déjà difficilement les saprophytes comme PSDI ou nos hommes politiques mais ma patience a des limites...

  • M4426670 le vendredi 20 juin 2014 à 14:09

    Ce n'est pas MW qui fait un geste, ce sont les français, à qui on a pas demandé leur avis!

  • M4426670 le vendredi 20 juin 2014 à 13:56

    Ils ne comprennent pas le message des urnes, ces "démocrates", républicains" et autres qualificatifs "bien pensants"! Grève de l'impot! C'est le seul langage qu'ils comprennent!

  • M4426670 le vendredi 20 juin 2014 à 13:54

    Grève de l'impot! halte au racket!

  • M4426670 le vendredi 20 juin 2014 à 13:53

    Qu'ils fassent grève!

  • mfouche2 le vendredi 20 juin 2014 à 13:14

    De toute façon , la France est un pays fini. Ses élites foutent le camp, et sont remplacées par des immigrants illétrés , incapables de sintégrer autrement que hors la loi ( certains sont trés bons pour monter des réseaux de trafic de drogue, de prostitution, debtrafic darmes, lesquels bientôt rentreront d1ns le PIB ! )

  • M2833874 le vendredi 20 juin 2014 à 12:45

    'REPONDEZ A LA QUESTION DU JOUR : Les intermittents du spectacle bénéficient-ils d'un traitement de faveur ?' Non pas du tout, vivre au crochet des contribuables est tout à fait conforme avec l'esprit de justice et de normalité de la Hollandie.

  • supersum le vendredi 20 juin 2014 à 10:56

    S'ils commencent à baisser leur froc, le changement c'est pas pour aujourd'hui, on se contrefout qu'ils ne bossent plus, c'est leur problème

  • M1639393 le vendredi 20 juin 2014 à 10:10

    les stars n'ont qu'a payer leur petites mains - ils auront moins de fric à planquer en belgique - quant aux festivals, ya guerre que les profs avec 6 mois de vacances qui peuvent y aller - et eux ils cotisent pas à l'assurance chomage.... le salarié du privé paye, le prélat du public profite - c'est ça la france de droite comme de gauche