Intermittents : opérations coups de poing tous azimuts

le
12
Intermittents : opérations coups de poing tous azimuts
Intermittents : opérations coups de poing tous azimuts

Manuel Valls ne les a visiblement pas tous convaincus. La journée a été émaillée par plusieurs actions, particulièrement créatives, menées par les intermittents du spectacle. La veille, le chef du gouvernement avait pourtant tenté de déminer le conflit en lâchant du lest. Sans convaincre toutefois la CGT-spectacles qui a reconduit vendredi son préavis de grève pour tout le mois de juillet et appelé à une «grève massive» le 4 juillet, jour de l'ouverture du festival d'Avignon.

L'entreprise de Pierre Gattaz occupée à Aubervilliers

Plus d'une centaine d'intermittents du spectacle ont envahi vendredi après-midi les locaux de Radiall à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) de Pierre Gattaz, le patron du Medef. Selon leurs porte-parole, ils ont commencé à déménager les meubles du président de l'organisation patronale «vers Matignon» en signe de protestation aux annoncés de Manuel Valls, selon eux, trop favorables au Medef.

Le Medef qui s'est dit vendredi satisfait «que la nouvelle convention de l'assurance chômage négociée par les partenaires sociaux» soit «agréée», a toutefois regretté que le gouvernement «ait cédé à la pression» des intermittents jugeant «inéquitable» sa décision sur le différé.

Des intermittents perchés durant 10 heures sur le toit de la Drac à Lille.

A Lille (Nord), les forces de l'ordre sont intervenues vendredi matin pour déloger une vingtaine d'intermittents qui occupaient depuis mardi la cour de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) dans le Vieux-Lille. Une dizaine d'intermittents a été chassée des lieux peu après 7 heures du matin, tandis qu'une dizaine d'autres est montée sur le toit du bâtiment, refusant d'en descendre tant qu'ils n'avaient pas obtenu de rendez-vous téléphonique avec le ministre du Travail François Rebsamen. 

Finalement, 10 heures plus tard, les intermittents sont descendus du toit d'eux-même vers 17 heures. «Il faut ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 le samedi 21 juin 2014 à 22:34

    ('suite ) pas très créatifs dans leurs actions publiques de pâles copies estampillées C G Tdes zozos inodores et sans saveurs comme la plupart de leurs productions Ne méritent vraiment pas leur public

  • M7093115 le samedi 21 juin 2014 à 22:30

    Ces médiocres pitres ne sont p

  • M3811495 le samedi 21 juin 2014 à 07:22

    Faites grève mais n'empêchez pas ceux qui veulent travailler de le faire!

  • 300CH le vendredi 20 juin 2014 à 23:40

    la CGT menace le festival d'Avignon plus sûrement que le FN, Olivier Py adopte désormais un profil bas, tient il ne veut plus démissionner?? plutôt que de se délocaliser sur l'autre rive du Rhône, il se maintient et joue les oies du Capitole.

  • T20 le vendredi 20 juin 2014 à 23:05

    Intermittents du Tapage... Et les autres, cà compte pour rien ???

  • Ouakal le vendredi 20 juin 2014 à 22:44

    Ya plus d'argent les amis,tout à été donné aux banques et aux marchés financiers !Pour le peuple,il n'y a que crise misère et précarité.Ce ne sont plus des grèves qu'il faut mais une Révolution.Les indices boursiers battent des records,les plus riches sont encore plus riches........vous avez dit crise ??

  • 11246605 le vendredi 20 juin 2014 à 14:39

    Quel cinéma !

  • nebraska le vendredi 20 juin 2014 à 14:37

    Ils descendront d'eux memes apérs avoir reçu quelques chiures d'oiseaux sur la G..face.

  • M9722583 le vendredi 20 juin 2014 à 14:12

    Laissez les sur le toit de la DRAC... Passer qques jours et qques nuits à la belle étoile pour ces feign-asses, dans l'indifférence du public et des passants va les faire redescendre. Ramassis de psdi.

  • ceriz le vendredi 20 juin 2014 à 14:10

    IL Y A DE QUOI HAIR CES INTERMITTENTS QUI COMME LE NIM L INDIQUE NE SERVENT QUE PAR INTERMITTENCE