Intermittents du spectacle : menace sur les festivals d'été

le
30
Intermittents du spectacle : menace sur les festivals d'été
Intermittents du spectacle : menace sur les festivals d'été

Depuis le 22 mars, date de la signature des accords Unédic entre le patronat et les syndicats, le ton monte chez les intermittents du spectacle. Ce texte doit être signé d'ici à la fin juin par François Rebsmanen, ministre du travail. Il prévoit une nouvelle convention d'assurance chômage instaurant un système de «droits rechargeables» mais aussi l'instauration d'un plafond d'allocation et de cumul allocations/revenus, fixé dans les deux cas à 4 380 euros par mois. Ce régime spécifique des intermittents est régulièrement dénoncé depuis 2003 par la Cour des comptes comme étant un gouffre financier. Pierre Gattaz, le patron du Medef, voulait le supprimer avant de s'attirer les foudres d'Aurélie Filippetti, ministre de la culture, et de Laurence Parisot, l'ex-patronne du Medef.

Après de nombreuses manfestations, dès lundi, la CGT a adressé un ultimatum aux pouvoirs publics pour demander de «ne pas agréer l'accord du 22 mars» modifié le 17 avril qui «ajoute de la précarité à la précarité et menace à terme l'existence même de certains acteurs du secteur de la création.»

Premier acte symbolique : l'annulation mardi soir à Montpellier de la pièce «Vader» mise en scène par Franck Chartier, spectacle d'ouverture du 28e Printemps des comédiens, qui ouvre la saison des festivals. Une scène qui devrait encore être vide ce mercredi soir. Sourds à l'appel des organisateurs, les intermittents ont prévenu que «sans réponse de la part du gouvernement, le Printemps des Comédiens, premier festival estival, est en grève reconductible». Ce mercredi à 8 heures, une assemblée générale devait décider ou non de la poursuite de ce mouvement.

Filippetti intervient, Rebsamen inflexible

Les intermittents réclament la réouverture de négociations sur la base des propositions du comité de suivi rassemblant des représentants des intermittents, des entreprises du spectacle et des parlementaires. En attendant, la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • je.valle le mardi 10 juin 2014 à 13:55

    Azoth : Peut être, mais votre métier apporte quoi à la Société ? Combien d'agriculteurs vont voir vos spectacles,souvent déjantés, dans l'année ? 0 ....ou à peu près.Vous coûtez fort cher et vous n'apportez pas grand chose.

  • AZOTH le jeudi 5 juin 2014 à 10:56

    lorant21 votre ami agriculteur ne connait rien au métier d'intermittent car avec cette comparaison autant dire que le métier d'éleveur n'est que de laisser brouter les vaches ou les brebis dans un pré. Prenons un musicien. 507 heures ne sont que les heures payées de spectacle. Cela ne comprends pas les répétitions, le travail de l'instrument, le démarchage commercial pour avoir les dates, les investissements : enregistrement d'un Cd, la création d'un site internet, les instruments, le van etc...

  • lorant21 le jeudi 5 juin 2014 à 09:02

    J'ai appris dimanche d'un ami agriculteur pourquoi il avait voté FN: le régime des intermittens. Lui, il travaille 365j par an pour gagner moins qu'un intermittent qui ne doit travailler que 507h par an soit 64j.. voici comment il le comprend.

  • b.renie le jeudi 5 juin 2014 à 08:52

    Une des danseuses de la république

  • M1765517 le jeudi 5 juin 2014 à 08:34

    pendant les dix ans à venir, interdiction de tous déficits publics ! Après, si les comptes se consolident, on réinvestira

  • surfer1 le mercredi 4 juin 2014 à 23:13

    C'est grâce à ce système que notre Arthur national va pouvoir planquer 200 M en Belgique. Merci à tous ces généreux salariés du privé qui cotisent chaque mois afin de soutenir le "spectacle vivant". Bientôt nos enfants n'auront plus rien à manger mais ils pourront toujours se consoler grâce à notre "exception culturelle" chérie que le monde entier nous jalouse.

  • AZOTH le mercredi 4 juin 2014 à 16:59

    M2941863 Vous êtes un artiste vous aussi! Vous excellez dans l'art d'être un idiot! Les artistes cotisent eux aussi et si vous aviez pris le temps de creuser la question de l'intermittence vous sauriez que le déficit de l'Unedic est principalement creusé par les CDD et l'intérim.

  • M2941863 le mercredi 4 juin 2014 à 16:29

    Des bons à rien qui se prétendent "artistes" sans rien créer et qui trouvent normal de passer à la caisse sur le dos des cotisations des vrais travailleurs! N'est pas un Farrell William qui veut... lol

  • 445566ZM le mercredi 4 juin 2014 à 15:07

    Sont ils toujours rémunérés majoritairement par les cotisations des autres salariés ? N'y a t-il pas de paragraphe pour ceux qui perturbent les spectacles ?

  • fgino le mercredi 4 juin 2014 à 12:00

    quand tu vois le générique de "les chers voisins sur TF1" tu croirais la liste de Schindler tellement ils sont nombreux ....d'ailleurs ils sont meilleurs au bêtisier !