Intermittents : accord sur l'assurance chômage, l'Etat apporte 90 millions

le , mis à jour à 14:28
31
Intermittents : accord sur l'assurance chômage, l'Etat apporte 90 millions
Intermittents : accord sur l'assurance chômage, l'Etat apporte 90 millions

Les discussions ont abouti. Un accord a été trouvé dans la nuit de mercredi à ce jeudi par les organisations de salariés et d'employeurs du spectacle sur le régime d'assurance chômage spécifique aux intermittents. 

La négociation des règles applicables aux intermittents par les professionnels du secteur est une première. «Un accord est mis à la signature, il comporte des avancées importantes», a déclaré Denis Gravouil, secrétaire général de la CGT Spectacle (majoritaire), au terme de près de dix heures de négociations. Selon une source patronale, il s'agit d'un «accord acceptable pour les parties (...) avec de nettes améliorations pour la protection des travailleurs, avec des efforts réciproques. L'accord prévoit une hausse des cotisations patronales et aussi un effort côté salariés», précise cette même source.

Le retour à une date anniversaire

Parmi les principaux points actés dans cet accord figure, selon la CGT, l'ouverture des droits à l'indemnisation aussi bien pour les artistes que pour les techniciens, à partir de 507 heures travaillées sur 12 mois au lieu de 10 mois.

L'accord prévoit aussi un retour à une date anniversaire pour le calcul des droits des intermittents, donc sur 365 jours, un système plus avantageux que l'actuel dispositif «glissant», instauré en 2003, qui limitait l'indemnisation à 243 jours, comme l'expliquait la Cour des comptes en 2004. Sont aussi prévus «la neutralisation des baisses d'indemnisation après un congé maternité» ou encore «un début de prise en compte des arrêts maladie concernant les affections de longue durée». «Les employeurs ont dû concéder une augmentation de la cotisation patronale de 1% et la fin des abattement pour frais professionnels», indique la CGT Spectacle.

L'éventuel barrage de l'Unédic

L'accord ne respecte toutefois pas la lettre de cadrage financier, proposée le 24 mars par le Medef et signée par la CFDT, la CFTC et la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5156018 il y a 7 mois

    Un petit coup de pouce de la maîtresse de l'Elysée ?

  • lorant21 il y a 7 mois

    Le contribuable, c''est déjà mieux que le chômeur du privé qui payait le milliard d'aujourd'hui...

  • kram123 il y a 7 mois

    l'etat c'est nous les politiciens ne payent pas l'impot...ce sont des indemnites...

  • pylenoir il y a 7 mois

    Et vlan c'est encore nous qui payons et qui paierons les dettes.

  • M3621378 il y a 7 mois

    Calmez vous. Ca ne coûte rien, c'est l'Etat qui paie !

  • jfvl il y a 7 mois

    Une minorité agissante, une fois de plus, obtient plus sur le dos des citoyens silencieux...

  • frenchto il y a 7 mois

    Désinformation, ce n'est pas l'état qui apporte. C'est nous !!

  • M681775 il y a 7 mois

    Avec seulement 500h dans l'année les mecs peuvent bénéficier d'un an de chomage? NAN MAIS SANS DECONNER !!!!!!!!!!

  • milano12 il y a 7 mois

    et hop 90000000 pour des glendus

  • jean.e1 il y a 7 mois

    artiste? des fonc payé a rien fou**