Intermarché veut combler son retard dans les produits bio

le
0
L'enseigne élargit son assortiment à ses marques propres pour poursuivre sa conquête de parts de marché.

Pour avoir des biscuits ou des yaourts bio, plus besoin de se rendre chez Naturalia, Biocoop ou La Vie Claire. Ni chez Leclerc, Carrefour ou Auchan, qui ont une large offre de produits biologiques depuis plusieurs années. Les magasins Intermarché se lancent à leur tour sur ce marché porteur: les ventes de produits bio ont progressé de 12% l'an dernier pour atteindre 4 milliards d'euros, d'après l'Agence Bio, soit toujours à peine 2% de l'ensemble des ventes alimentaires. «La croissance devrait être moindre cette année, entre 5% et 8%, mais c'est toujours un niveau que très peu de catégories de produits affichent en ce moment», détaille Anne Saintemarie, spécialiste des marques propres chez Intermarché.

D'après une étude récente de SymphonyIRI, les ventes de produits bio ont en effet nettement ralenti depuis mars dernier, alors que, «même pendant la période très difficile de 2008, elles avaient enregistré des croissances à deux chiffres», relève le cabinet. La baisse du pouvoir d'achat est la raison directe de ce phénomène, se nourrir bio coûtant en moyenne 64% plus cher, rappelle SymphonyIRI. «Le premier frein à l'achat de produits bio reste le prix, c'est le cas pour 77% des Français d'après l'Agence Bio», rappelle Stéphane Houssin, qui appartient à la direction des supermarchés d'Intermarché, le type de magasin le plus répandu dans le groupement des Mousquetaires.

Moins cher que Leclerc sur le bio

Pour convaincre de nouveaux clients d'acheter des produits bio, l'enseigne promet de faire des efforts sur ses prix. Comme chez ses concurrents, cet engagement se traduit surtout par un assortiment élargi de produits bio à ses marques propres, comme Pâturages et Paquito: l'offre bio à marque propre a déjà quadruplé depuis 2008, à 215 aujourd'hui, et devrait rassembler 700 produits en 2015. A titre d'exemple, Carrefour propose déjà 1000 références bio à sa marque, Leclerc un peu moins de 300 et Auchan 350, dont 50 à moins d'un euro. Un produit bio consommé sur deux affiche aujourd'hui l'une de ces marques de grandes surfaces. Une part très élevée, car sur l'ensemble des produits alimentaires, cette part est plutôt de 30%.

«Les produits bio à nos marques seront environ 30% moins chers que la marque nationale bio référente» détaille Anne SainteMarie. Avec cette promesse, l'enseigne fait mieux que Leclerc, qui estime avec sa marque Bio Village être le moins cher du marché, revendiquant un écart de prix de 15%. Grâce à ses prix bas, Intermarché espère voit bondir ses ventes en bio: elles s'élèvent aujourd'hui à 100 millions d'euros, mais devraient atteindre 140 millions dès la fin d'année prochaine. Pour les Mousquetaires, troisième enseigne derrière Carrefour et Leclerc, le bio est donc surtout une arme de plus dans la conquête de parts de marché.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant