Intermarché poursuivi pour des pressions sur ses fournisseurs

le , mis à jour à 15:07
0
Intermarché poursuivi pour des pressions sur ses fournisseurs
Intermarché poursuivi pour des pressions sur ses fournisseurs

Rien ne va plus pour la marque des «Trois Mousquetaires» qui lutte contre la vie chère. Le groupement de distributeurs Intermarché a en effet confirmé lundi faire l'objet de poursuites de la part de la DGCCRF (répression des fraudes, ndlr) concernant des pressions que le groupement est accusé d'avoir exercées sur ses fournisseurs. Le Figaro annonce dans son édition de lundi qu'Intermarché a reçu deux assignations de la part de Bercy, après que l'enseigne a exigé en 2014 des garanties de marges de la part des industriels de l'agroalimentaire, avec lesquels elle négocie ardemment chaque année les tarifs des produits de grande consommation.

«Il y a bien deux assignations dont nous sommes l'objet de la part de la DGCCRF», a déclaré lundi une porte-parole de l'enseigne. «L'affaire est en cours, nous ne souhaitons donc pas apporter davantage de commentaires», a-t-elle ajouté.

L'enseigne risque jusqu'à 2 millions d'euros d'amende

Selon le Figaro, «la centrale d'achat d'Intermarché aurait demandé par écrit une garantie de marge équivalent à 3,5% du chiffre d'affaires réalisé avec chaque industriel». Cette clause illégale offrait l'assurance pour Intermarché d'engranger le même niveau de bénéfice, et ce même s'il lui fallait baisser ses prix pour riposter à l'offensive tarifaire de Leclerc, Carrefour, Auchan et Géant.

Par ailleurs dans la seconde assignation, la DGCCRF reproche aux acheteurs d'Intermarché d'avoir exigé de ses fournisseurs «des baisses de tarifs sans leur offrir les contreparties nécessaires (engagements sur les volumes achetés, opérations promotionnelles...) ou encore inscrit dans les contrats des clauses illicites (reprise des invendus, déductions d'office, pénalités de retard...)», explique le quotidien. Une première rencontre serait déjà prévue mi-mai à la DGCCRF pour permettre à Intermarché de s'expliquer. Intermarché risque jusqu'à 2 millions d'euros d'amende.

Aucune bienveillance ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant