Intérêt de la BCE de séparer des activités bancaires à risque

le
0
LA BCE VOIT UN INTÉRÊT À SÉPARER CERTAINES ACTIVITÉS BANCAIRES TRÈS RISQUÉES
LA BCE VOIT UN INTÉRÊT À SÉPARER CERTAINES ACTIVITÉS BANCAIRES TRÈS RISQUÉES

par Paul Carrel

FRANCFORT (Reuters) - La BCE "voit un intérêt" à séparer certaines activités de trading très risquées des banques de leurs activités principales mais elle ne va pas jusqu'à apporter son soutien à une scission entre les activités de dépôt et la banque d'investissement.

Dans un document publié lundi, la Banque centrale européenne exprime aussi son soutien aux propositions visant à imposer des pertes aux porteurs d'obligations de banques insolvables mais souhaite un examen plus approfondi des implications d'une telle pratique.

L'opinion de l'institution sur ces dossiers est d'autant plus intéressante que la BCE disposera, à partir de l'an prochain, de nouveaux pouvoirs de supervision sur environ 150 des principales banques de la zone euro et qu'elle pourra intervenir dans la supervision d'établissements de plus petite taille en cas de difficulté.

Une commission de l'Union européenne, dirigée par le ministre finlandais des Finances Erkki Liikanen, a proposé en octobre de séparer les activités de dépôt des banques de leurs activités de courtage pour compte propre et autres activités risquées de banque d'investissement, afin d'éviter aux contribuables de devoir financer le renflouement éventuel d'établissements mis en difficulté.

"De manière générale, l'Eurosystème (des banques centrales de la zone euro) voit un intérêt à séparer certaines activités à haut risque des institutions financières qui ne sont pas associées à la fourniture de services aux clients", explique la BCE dans un document résumant sa position sur le rapport Liikanen.

Mais elle ajoute que "de nouvelles analyses sont nécessaires sur la possibilité de permettre à l'entité recueillant les dépôts de jouer un rôle de 'market-maker', en fonction de certaines limites".

La Commission européenne est censée présenter dans les mois à venir des propositions de réforme des règles en vigueur en matière de structure des banques inspirées du rapport Liikanen mais on ignore pour l'instant jusqu'où elle ira.

La BCE estime que les propositions de la commission Liikanen vont dans le sens d'un renforcement de la capacité de résistance du système financier mais elle ajoute que "l'Eurosystème est d'avis qu'une étude d'impact est nécessaire dans l'ordre des priorités afin d'évaluer l'impact possible des propositions au sein de l'UE".

Elle ajoute que même une séparation obligatoire des activités des banques pourrait être insuffisante pour éviter tout renflouement par le contribuable si l'établissement concerné "est trop systémique, important et interconnecté".

Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant