Intérêt "certain" de l'attaquant de Nice pour l'islam radical

le , mis à jour à 19:43
3
INTÉRÊT "CERTAIN" DE L'ASSAILLANT DE NICE POUR L'ISLAM RADICAL
INTÉRÊT "CERTAIN" DE L'ASSAILLANT DE NICE POUR L'ISLAM RADICAL

PARIS (Reuters) - L'auteur de l'attaque meurtrière jeudi dernier à Nice avait un intérêt "certain" et, semble-t-il, "récent" pour l'islam radical, mais l'enquête n'a pas révélé à ce stade d'allégeance à l'Etat islamique, a déclaré lundi le procureur de Paris.

Le soir du 14 juillet, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Tunisien de 31 ans, a foncé avec un camion sur la promenade des Anglais, à Nice, faisant 84 morts et plus de 300 blessés.

Le groupe Etat islamique (Daech) a revendiqué l'attaque samedi.

"Si aucun élément de l'enquête ne démontre à ce stade une allégeance de Mohamed Lahouaiej Bouhlel à l'organisation terroriste, ni des liens avec des individus se réclamant de cette organisation, l'exploitation de son ordinateur (...) illustre un intérêt certain et, à ce stade des investigations, récent, pour la mouvance djihadiste radicale", a déclaré le procureur lors d'un point presse.

Des photos en lien avec l'islam radical, et une image de couvertures de Charlie Hebdo, l'hebdomadaire satirique dont des journalistes ont été tués dans un attentat djihadiste en janvier 2015, ont notamment été retrouvées sur son ordinateur, a précisé François Molins.

"Des témoignages font état d'un individu très éloigné des considérations religieuses, ne pratiquant pas la religion musulmane, mangeant du porc, buvant de l'alcool, consommant de la drogue, et ayant une vie sexuelle débridée", a-t-il dit.

Mais depuis huit jours, le Tunisien, décrit comme "particulièrement violent" envers son ex-compagne et ses enfants, s'était laissé pousser la barbe, expliquant que "la signification de cette barbe était religieuse", selon un autre témoignage, a indiqué le procureur.

"Il avait aussi évoqué l'Etat islamique, indiquant qu'il ne comprenait pas pourquoi Daech ne pouvait pas prétendre à un territoire", a-t-il poursuivi.

François Molins a par ailleurs confirmé lundi le caractère "prémédité" de l'attaque, "pensée et préparée, au moins dans les jours précédant le passage à l'acte".

"TERRORISME DE PROXIMITÉ"

Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait notamment fait des "repérages" sur la promenade des Anglais, effectuant à deux reprises, les 12 et 13 juillet, le même parcours en camion à travers la ville.

L'exploitation de son ordinateur a également révélé des recherches quasi-quotidiennes, depuis début juillet, sur des sourates du Coran et des chants religieux, ainsi que plusieurs attentats récents, aux Etats-Unis et en France.

Le Tunisien aurait aussi cherché des informations sur les festivités sur la promenade des Anglais et des vidéos d'accidents mortels impliquant des véhicules.

"L'adhésion (aux) mots d'ordres (de l'Etat islamique), la radicalisation peut intervenir d'autant plus rapidement quand elle s'adresse à des personnalités perturbées ou à des individus fascinés par l'ultra-violence", a souligné lundi François Molins, évoquant un "terrorisme de proximité".

"En tout état de cause, c'est un acte qui est terroriste", a-t-il ajouté.

Quelque 21 magistrats du ministère de la Justice ont été mobilisés depuis jeudi sur l'attentat de Nice.

Six personnes soupçonnées d'avoir été en contact avec le Tunisien, ou d'avoir pu lui fournir une aide logistique, étaient toujours en garde à vue lundi. L'une d'entre elles "apparaît comme le destinataire d'un SMS envoyé par le terroriste dans les minutes précédant son passage à l'acte", a précisé François Molins. Dans ce message, envoyé à 22h27, Mohamed Lahouaiej Bouhlel mentionnait l'acquisition de pistolets.

Soixante-quatorze personnes étaient toujours hospitalisées lundi à la suite de l'attentat de Nice. Parmi elles, 28 étaient en réanimation, dont 19 au pronostic vital engagé, a fait savoir le procureur.

La vaste majorité des personnes tuées ont été identifiées -71 sur 84-, et 52 permis d'inhumer ont été délivrés. Les premiers corps ont été restitués à leurs familles lundi matin.

(Chine Labbé, avec pool, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Eledees le lundi 18 juil 2016 à 21:08

    meme les censeurs ne veulent pas admetre une verite tabou que la difference entre l'islam radical et "normale" reside dans la mise en application ou pas des principes enumeres dans le coran

  • M5850553 le lundi 18 juil 2016 à 20:02

    21 Magistrats????? avec moi ca serait vite regle!!!! les politiques DOIVENT la securite aux Francais(les vrais) ils paient assez cher pour ca!...

  • 2445joye le lundi 18 juil 2016 à 19:32

    C'est quoi la différence dogmatique entre l'Islam radical et l'Islam pas radical? Y aurait-il 2 Corans?