Interdiction du burkini : pour Rossignol, «procéder par amalgame n'est jamais utile»

le , mis à jour à 07:51
2
Interdiction du burkini : pour Rossignol, «procéder par amalgame n'est jamais utile»
Interdiction du burkini : pour Rossignol, «procéder par amalgame n'est jamais utile»

Laurence Rossignol, ministre en charge des Droits des femmes depuis avril 2014, condamne le burkini. Mais l’ex-sénatrice PS de l’Oise met en garde contre le risque d’instrumentalisation des musulmans dans les campagnes à venir. « II y a […] une surenchère dans la façon de répondre »

 

Pourquoi condamnez-vous le port du burkini ?

LAURENCE ROSSIGNOL. Le burkini n'est pas une nouvelle ligne de maillots de bain ou une nouvelle fantaisie. C'est plutôt la version plage de la burqa, car c'est la même logique : il s'agit d'enfermer, de dissimuler le corps des femmes pour mieux les contrôler. Derrière cela, il y a une vision profondément archaïque de la place de la femme dans la société et donc des rapports entre les hommes et les femmes. Il y a l'idée que, par nature, les femmes seraient impures et impudiques et qu'il faudrait donc cacher leur corps, l'enfermer, l'effacer, le gommer de l'espace public. Rien de très nouveau, d'ailleurs ! Il y a une centaine d'années, une femme qui dévoilait ses chevilles ou sortait « en cheveux » n'était pas une femme vertueuse.

 

C'est donc un vêtement qui, selon vous, rabaisse la femme ?

Le contrôle du corps des femmes et de leur sexualité a été l'enjeu central des sociétés traditionnelles. Et pour s'émanciper, les femmes ont dû s'affranchir de ce contrôle. Si le burkini crispe autant, c'est en raison de sa dimension politique, collective. Ce n'est pas seulement l'affaire de celles qui le portent car il est, pour moi, le symbole d'un projet politique hostile à la mixité et à l'émancipation des femmes. Ce sont des intégristes. Et ceux qui les défendent au nom des libertés se font avoir. Les intégristes font toujours beaucoup de bruit, se posent toujours en victimes et parasitent des idéaux ou des religions.

 

QUESTION DU JOUR. Pensez-vous que les arrêtés anti-burkini servent à quelque chose ?  

 

Des arrêtés antiburkini sont-ils vraiment ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • berghof il y a 4 mois

    Rossignol, avec un nom pareil mieux vaudrait chanter que de proférer des niaiseries.

  • M4189758 il y a 4 mois

    JPi - Maintenant ils nous font croire qu'en se baignant il faut respecter la laïcité? Tout nu: ça va. En mono-kini : on aime. En bikini: ça passe. En burkini: non non non! Petite France qui se bat avec ce qu'elle n'a plus: la confiance en elle. Et la mode ? Peut-elle, encore, évoluer ?