Interdiction des feux de cheminée : Ségolène Royal désavouée

le , mis à jour à 06:50
1
Interdiction des feux de cheminée : Ségolène Royal désavouée
Interdiction des feux de cheminée : Ségolène Royal désavouée

« Une mesure un peu ridicule. » Par cette formule lapidaire, Ségolène Royal enterrait en décembre la décision préfectorale qui prévoyait d'interdire les feux de cheminée en Ile-de-France à partir du 1er janvier 2015 pour lutter contre les particules fines. Saisi par l'association Ecologie sans frontière (ESF), le tribunal administratif de Paris vient de désavouer la ministre de l'Ecologie en annulant l'arrêté interpréfectoral pris le 21 janvier qui revenait précisément sur cette interdiction.

« On revient de fait à l'arrêté antipollution antérieur qui prévoyait bien de les interdire », décrypte l'avocat d'ESF, François Lafforgue. Sauf que la ministre de l'Ecologie a annoncé hier en substance qu'elle ne ferait pas machine arrière.

Le préfet avait prévu initialement de bannir les flambées dans les cheminées à foyer ouvert à Paris et dans 435 communes. Cent vingt mille logements étaient concernés par cette mesure soutenue en décembre... par les propres services de Ségolène Royal. La direction régionale de l'environnement estimait ainsi que le « chauffage au bois contribue à hauteur de 23 % des émissions de particules fines » en région parisienne. Mais la ministre, peu adepte de « l'écologie punitive », jugeait que cela affecterait « de nombreux Franciliens utilisant leur cheminée en appoint pour se chauffer ».

Une nouvelle plainte contre X contre la pollution de l'air

« Le tribunal souligne que le plan de protection de l'atmosphère prévoyait bien l'interdiction des feux de cheminée pour lutter contre les particules fines et que revenir sur cette interdiction est contraire aux objectifs de ce plan », analyse François Lafforgue. Le cabinet de Ségolène Royal explique que « la ministre prend acte de la décision du tribunal », mais qu'elle « a demandé au préfet de région de réviser le plan de protection de l'atmosphère sur ce point ». « Le préfet est en train d'engager la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 8 juil 2015 à 07:51

    Que l'on s'occupe de verbaliser les auteurs de feux d'herbes et de broussailles dans leur résidence secondaire qui empuantissent tout un fond de vallée.