Interdiction de redoubler... même pour Jules, qui ne sait pas lire

le , mis à jour à 06:15
2
Interdiction de redoubler... même pour Jules, qui ne sait pas lire
Interdiction de redoubler... même pour Jules, qui ne sait pas lire

Tête penchée vers son cahier, Jules déchiffre les premiers mots d'une phrase. Très vite, il bute sur les lettres. Le garçon de 6 ans arrête sa lecture. « Jules est en CE 1 et ne sait pas lire », résume Jennifer Dreville, sa mère. Depuis le CP, dans son école de Lachapelle-aux-Pots (Oise), il peine à décomposer les mots, les syllabes, à associer des sons : « Il ne sait pas qu'un o et un n forment le son on », illustre Jennifer. Mais cette lacune n'a pas été jugée suffisante pour permettre à Jules de redoubler son CP, comme le demandait sa maman : « Je ne veux pas accuser qui que ce soit. J'en veux juste à l'Education nationale de ne pas accepter les redoublements. »

 

Jugé inefficace pour lutter contre l'échec scolaire, ce dispositif très français est interdit, sauf cas exceptionnel, depuis une circulaire appliquée depuis la rentrée 2015. En primaire, seuls les enfants absents une longue partie de l'année à cause de problèmes de santé ou familiaux sont autorisés à repiquer leur année, sur proposition de l'école et avec l'accord écrit des parents.

 

Pas de système alternatif

 

Résultat : même quand les familles et les enseignants sont d'accord, la plupart des dossiers de redoublement sont retoqués par l'administration. A charge pour les professeurs d'apporter à leurs élèves en difficulté une aide personnalisée dans le cadre de la classe, avec l'espoir qu'ils rattrapent, au fil du cycle d'apprentissages de trois ans (CP-CE 2), le retard pris au démarrage. « La recherche montre que le redoublement, au mieux n'a pas d'effet, ou peut se révéler nocif pour la réussite scolaire des élèves et pour le développement de leur estime de soi », estime le Conseil national d'évaluation du système scolaire, qui a consacré au sujet une étude en janvier 2015. Si le constat est partagé, « il reste que la France a supprimé le redoublement sans mettre en place de dispositif alternatif ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 2 mois

    Grâce à ce dispositif hyper intelligent on arrive à voir en fin de 3 eme (fin de l'âge obligatoire) des gamins ne sachant ni lire ni écrire.

  • dhote il y a 2 mois

    Je souhaite que cette interdiction s'applique à la ministre concernée.