Interdiction de la fessée : la ministre de la Famille n'a «aucune réserve»

le
1
Dans une interview à paraître jeudi dans Le Figaro , la ministre de la Famille, Dominique Bertinotti, préconise une «mesure symbolique» pour dire que la fessée «n'est pas tolérable».

Faut-il interdire la fessée? Après le jugement de vendredi dernier, condamnant un père à une amende de 500 euros avec sursis pour avoir donné une fessée déculottée à son fils de 9 ans, Dominique Bertinotti s'interroge. «Les violences faites aux enfants, c'est un peu comme les violences conjugales: il ne faut pas tolérer le premier coup!, lance-t-elle. J'ai envie de dire: il ne faut pas tolérer la première fessée. Mais cela n'a d'intérêt que si l'on insère cette réflexion dans une démarche beaucoup plus volontariste de lutte contre toutes formes de maltraitances physiques et psychiques sur l'enfant». «Il faut une mesure symbolique forte pour la société pour dire que la fessée n'est pas tolérable et n'est pas un instrument d'éducation», poursuit-elle. Sous quelle forme? Une loi? «I...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2895393 le mercredi 16 oct 2013 à 17:42

    Une bonne fessée et après un bon câlin, comme c'est bon réfléchissez mme la ministre, vous en parlerez à votre psy