Interconnexions-Paris et Madrid veulent leur part du plan Juncker

le
0

PARIS, 1er décembre (Reuters) - François Hollande et Mariano Rajoy ont annoncé lundi qu'ils demanderaient que les grands projets franco-espagnols d'interconnexion énergétique et de transport bénéficient du nouveau plan de relance européen de 315 milliards d'euros. Réunis pour un sommet à l'Elysée, le président français et le président du gouvernement espagnol ont annoncé qu'ils proposeraient à la Commission européenne de financer la construction de lignes à très haute tension afin de contribuer au désenclavement de la péninsule ibérique. "Ces projets d'interconnexions pourront d'ailleurs être éligibles au plan Juncker (le président de la Commission européenne-NDLR) et donc être financés de manière rapide et exceptionnelle", a déclaré François Hollande lors d'une conférence de presse conjointe avec son hôte espagnol. "Nous voulons atteindre l'objectif européen de 10% d'interconnexions électriques (en 2020) et nous allons développer les capacités des deux côtés de la frontière", a poursuivi le président français. L'Espagne a consenti de très lourds investissements pour développer les énergies renouvelables mais ses exportations sont freinées par sa situation géographique et le manque de connexions avec le reste de l'Europe, qui passent par la France. Certains industriels attribuent la responsabilité de cette situation à la volonté de Paris de protéger son marché intérieur et ses centrales nucléaires de la concurrence des énergies renouvelables espagnoles. Paris et Madrid souhaitent à présent développer "une stratégie commune de développement des énergies renouvelables, des capacités et des interconnexions", peut-on lire dans le relevé des conclusions du sommet franco-espagnol. Un séminaire conjoint sera organisé au premier semestre 2015 et rassemblera les deux gouvernement ainsi que les régulateurs, les réseaux de transports ainsi que les principales entreprises concernées. Alors que la ligne à très haute tension entre Baixas (France) et Santa Logaia (Espagne) est en voie d'achèvement, d'autres projets sont à l'étude comme une ligne sous-marine dans le Golfe de Gascogne. Outre l'électricité, les deux pays poursuivent aussi les investissements pour accroître les capacités d'échange de gaz naturel mais aussi dans le domaine des transports ferroviaires, routiers et maritimes. (Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant