INTERACTIF. Terrorisme : après les attentats, les politiques rivalisent de propositions

le
2
INTERACTIF. Terrorisme : après les attentats, les politiques rivalisent de propositions
INTERACTIF. Terrorisme : après les attentats, les politiques rivalisent de propositions

Après les attentats qui ont frappé la France la semaine dernière faisant 17 morts et alors que de l'aveu même du chef de l'Etat, François Hollande, «la France n'en a pas terminé avec les menaces», les politiques (à droite, surtout) font assaut de propositions (voir infographie ci-dessous) pour renforcer la lutte contre le terrorisme.

Outre les renforts déployés dans l'immédiat, le gouvernement compte mettre en place de nouvelles mesures pour contrer une menace terroriste «globale». «Avec détermination», mais «sans jamais céder à la précipitation», a prévenu le Premier ministre, Manuel Valls, qui ne veut aucune «mesure d'exception». Comprendre, pas de «Patriot act» à la française. Esquissées dès mardi par ce dernier, à l'Assemblée, ces mesures seront présentées dès le 21 janvier en Conseil des ministres. Les ministres et secrétaires d'Etat seront réunis le lendemain à Matignon pour un «travail plus en profondeur, à la fois sur la question éducative, sur les grandes questions posées sur le vivre-ensemble et la société et l'ensemble de la politique de la ville».

En complément, le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a appelé à un «pacte national de combat contre le terrorisme dans le respect républicain». Le parti majoritaire s'est par ailleurs doté d'une responsable de «l'action de la promotion républicaine».

La droite, dont la sécurité est une des thématiques fétiches, n'a bien entendu pas manqué de s'emparer du sujet. Dès lundi, sur RTL, Nicolas Sarkozy a formulé une série de propositions. Mais alors qu'à l'UMP chacun y allait de sa solution, une réunion s'est tenue mercredi rue de Vaugirard, afin de fixer la ligne du parti sur le sujet. Résultat, l'UMP a dressé une liste de douze mesures. Pas de quoi empêcher les ténors de s'exprimer sur le sujet et de pousser leurs idées.

Chantre du contrôle des frontières, le président de Debout de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nanard83 le samedi 17 jan 2015 à 00:16

    C'était AVANT et non après qu'il fallait faire des propositions !!!E t entre en faire et les appliquer ( ex à l'école ) il y aura 3 ans écoulésD'autre part , les Belges sont plus efficaces que nous , ils les éliminent avant !!

  • pichou59 le vendredi 16 jan 2015 à 23:24

    on dirait qu'ils ont tous peur des prochaines élections?