INTERACTIF. Sarkozy : chronique d'un retour annoncé... de longue date

le
0
INTERACTIF. Sarkozy : chronique d'un retour annoncé... de longue date
INTERACTIF. Sarkozy : chronique d'un retour annoncé... de longue date

Ira, n'ira pas... Le suspense, qui durait depuis plus de deux ans, et que le principal intéressé a pris un soin faussement agacé à entretenir, a pris fin ce vendredi. Nicolas Sarkozy, qui disait au soir de l'élection de François Hollande, le 6 mai 2012, que sa place, «après 35 ans de mandats politiques», ne pourrait pas être la même, s'est déclaré ce vendredi, sur ses pages Facebook et Twitter, candidat à la présidence de l'UMP, officialisant ainsi son retour en politique. Mais l'avait-il vraiment quitté ?

Dès le lendemain de sa défaite en 2012 et de l'annonce de son retrait, il rétro-pédalait déjà en douceur auprès de ses collaborateurs. La politique, il l'aime trop pour s'en désintéresser totalement. Depuis l'été 2012, par des phrases rapportées par son entourage, tout en multipliant les destinations de vacances, il a ainsi lancé le feuilleton. Puis il a sillonné le monde occidental pour ses conférences internationales et a fait sentir, devant des auditoires étrangers ou expatriés, qu'il pourrait un jour répondre au «besoin» des Français. Alain Juppé ne disait-il pas, dès février 2013, «sentir l'envie» de l'ex-président de prendre sa revanche sur la défaite ?

Entre-temps, deux femmes qui comptent pour l'ancien chef de l'Etat ont ajouté quelques chapitres à l'histoire. Sa femme, Carla Bruni-Sarkozy, qui disait au magazine «Elle», en octobre 2012, parler de l'Elysée «pour clore un chapitre de (sa) vie», a finalement accepté l'ambition de son époux. Invitée sur le plateau de l'animatrice star américaine Elle DeGeneres au printemps dernier, Carla Bruni a finalement lancé ces phrases, comme rangée à l'avis de son mari : «En tant que femme, j'espère qu'il ne reviendra pas en arrière. Mais en tant que citoyenne, citoyenne française, oui!»

Surtout, en janvier dernier sur Europe 1, Bernadette Chirac, fine politique qui a soutenu l'ancien ministre de Jacques Chirac avec constance, s'est laissée ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant