INTERACTIF. Qwant, le petit Google français

le
0
INTERACTIF. Qwant, le petit Google français
INTERACTIF. Qwant, le petit Google français

Ils n'ont pas plaqué la fac pour créer leur boîte, leur aventure n'a pas débuté dans un garage, et ils sont soutenus par les pouvoirs publics... Loin des clichés sur les fondateurs de start-up, Jean-Manuel Rozan (un ancien tradeur) et Eric Léandri (spécialiste de la sécurité informatique) ont pourtant réussi à placer Qwant (prononcez « kouante ») parmi les entreprises technologiques françaises les plus en vue. Car, deux ans quasiment jour pour jour après son lancement, cette petite boîte parisienne (50 salariés) commence à percer sur le très concurrentiel marché de la recherche sur Internet (Google, Bing, Yahoo, etc.).

« Nous avons désormais 11 millions de visiteurs uniques par mois. Et notre trafic augmente de 15 à 20 % par... semaine », explique Eric Léandri, cofondateur du site. Et ce Corse, un brin provocateur, d'ajouter : « Envoyez-nous des CV, nous recrutons tous les jours. »

Le créneau de Qwant, c'est la protection de la vie privée, l'absence de collecte des données personnelles. Ici, selon ses concepteurs, aucun traçage de l'internaute. L'objectif n'est pas de capter vos données pour mieux vous vendre une nouvelle paire de chaussures. Les résultats des requêtes des internautes ne sont donc pas personnalisés. « Avec Qwant, vous n'êtes pas le sujet de la recherche », lance Eric Léandri. Comprenez : pas comme avec Google...

«Nous pouvons être une alternative crédible »

La comparaison avec le géant américain s'arrête là. Car, pour l'instant, Qwant boxe toujours dans la catégorie « nain européen ». Elle ne génère quasiment pas de chiffre d'affaires. Mais, promettent ses concepteurs, l'argent coulera bientôt à flots. C'est pour le printemps, quand Qwant se lancera à grande échelle dans la commercialisation de pub sur son site.

Et puis, à vrai dire, Qwant ne cherche pas à se faire aussi gros que Google. « Il faudrait être fou pour croire que c'est possible ! Ils ont 70 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant