INTERACTIF. Primaires américaines : les candidats en tête, Etat par Etat

le
0
INTERACTIF. Primaires américaines : les candidats en tête, Etat par Etat
INTERACTIF. Primaires américaines : les candidats en tête, Etat par Etat

Une double confirmation. Hillary Clinton, côté démocrates, et Donald Trump, côté républicains, ont dominé dans la nuit de mardi à mercredi le «Super Tuesday», cette étape décisive des primaires qui voit les électeurs d'une douzaine d'Etats désigner leur champion. 

Depuis le 1er février, Donald Trump a gagné 10 des 14 premières primaires et Hillary Clinton 11 sur 16 contre Bernie Sanders. Ils ont chacun démontré leur popularité de l'est à l'ouest et du nord au sud du pays.

Donald Trump s'est lui imposé dans sept Etats lors du «Super Tuesday» : l'Arkansas, la Géorgie, la Virginie, l'Alabama, le Massachusetts, le Tennessee et le Vermont, en plus des trois Etats qu'il avait déjà remportés. Ted Cruz est arrivé en tête dans le Texas, le gros lot de la nuit avec ses 155 délégués, Oklahoma et en Alaska. Marco Rubio s'est lui imposé dans le Minnesota.

Bientôt un front «Tout sauf Trump» ? 

Après ces résultats, Donald Trump reste en tête avec 285 délégués devant Cruz (161) et Rubio (87). Kasich (25) et Carson (8) sont quant à eux distancés. En tout, les candidats républicains se disputent 2472 délégués qui choisiront le champion du parti. Il faut donc obtenir 1237 délégués (50% + 1) pour être le candidat du parti à l'élection présidentielle.

Dans cette course, Ted Cruz s'accroche et semble prêt à tout pour jouer une nouvelle carte, celle de l'union. Peu après les résultats ce mercredi matin, Ted Cruz a appelé les autres candidats républicains à se ranger derrière lui pour faire barrage au milliardaire. Un «Tout sauf Trump» qui ne fait pour l'instant pas l'unanimité : Chris Christie, gouverneur (modéré) républicain du New Jersey, a appelé à voter pour Donald Trump. 

INTERACTIF. Grâce à cette infographie, découvrez le nombre de délégués obtenus par candidat républicain dans chaque Etat.

Côté démocrate, la route semble libre pour Hillary Clinton. Cette nuit, elle ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant