INTERACTIF. Migrants : les portes de l'exil se referment

le , mis à jour à 10:44
0
INTERACTIF. Migrants : les portes de l'exil se referment
INTERACTIF. Migrants : les portes de l'exil se referment

C'était une autoroute. L'espoir d'une vie meilleure en Europe comme moteur, près d'un million de migrants s'y étaient engouffrés ces 18 derniers mois. Désormais, la route des Balkans n'est plus qu'un cul-de-sac. Au tournant du mois d'avril, le goulet d'étranglement que constituait le passage entre la côte turque et les îles grecques a été verrouillé.

En à peine quelques semaines, l'accord signé entre l'Union européenne et la Turquie (lire ci-contre) s'est pleinement fait sentir. « La baisse du nombre de passages a été plus forte que prévu », s'est félicité le ministre allemand des Affaires étrangères. Au plus fort de l'exode, en octobre, 211 663 personnes ont rallié la Grèce. Moins de 4 000, en avril, ont réussi à déjouer la vigilance des navires de Frontex (l'agence européenne de contrôle des frontières) et des bâtiments de guerre turcs, qui dessinent maintenant la ligne d'horizon.

« Tout n'est pas fini, prévient cependant l'adjoint au maire de Mytilène, capitale de Lesbos. Ce sont les Turcs qui décident. » Et c'est bien ce qui irrite nombre de défenseurs des droits de l'homme. Ces ONG, comme les agences de l'ONU, fustigent ainsi ce qu'elles considèrent comme une sous-traitance de la politique d'asile européenne. « Les dirigeants de l'UE ont délibérément fermé les yeux sur un fait très simple : la Turquie n'est pas un pays sûr pour les réfugiés syriens et la situation s'y dégrade de jour en jour », dénonçait récemment Amnesty International.

A Lesbos, beaucoup ne croient pas que la crise soit passée

A terme, au moins 15 000 migrants se trouvant en Grèce, sans doute davantage, pourraient en être expulsés. Sur place, malgré l'installation de hotspots (des centres d'accueil visant à mieux organiser les procédures migratoires), la situation reste compliquée. A Lesbos, par exemple, seules une quinzaine de personnes sont enregistrées chaque jour. « On s'installe dans la durée. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant