INTERACTIF. Loi Macron : la motion de censure rejetée par l'Assemblée

le , mis à jour à 00:58
1
INTERACTIF. Loi Macron : la motion de censure rejetée par l'Assemblée
INTERACTIF. Loi Macron : la motion de censure rejetée par l'Assemblée

Comme attendu, les voix de la droite et du centre, même avec l'apport du Front de gauche, n'ont pas suffi pour faire tomber le gouvernement Valls. La motion de censure déposée par le groupe Les Républicains et UDI contre le gouvernement, après le nouveau recours par Manuel Valls à l'article 49-3 de la Constitution pour imposer sans vote le projet de loi Macron, a été rejetée ce jeudi.

Seuls 198 députés, dont ceux du Front de gauche, ont voté la motion de censure Les Républicains-UDI. Il en fallait 289. En février, lors de la première lecture, la motion avait recueilli 234 voix. Cette fois-ci, le score a été moindre, de nombreux députés étant absents notamment en raison des cérémonies du 18 juin et de l'absence d'autre texte à l'ordre du jour de l'Assemblée.

Dans le détail, 161 membres du groupe Les Républicains (sur 198) se sont prononcés en faveur de cette motion de censure. 24 députés UDI sur 30 ont fait de même. Des 15 membres du groupe Front de gauche, 9 ont allié leurs voix à celles de la droite. 

La contestée loi Macron est adoptée

Un choix longuement défendu à la tribune par André Chassaigne. N'ayant pu réunir les 58 signatures nécessaires pour déposer leur propre motion de censure «de gauche», ce vote était «le seul moyen» de s'«opposer au texte», a plaidé le président du groupe GDR. «Vous vous trompez donc de camp ! Aujourd'hui, vous êtes du côté des conservateurs», lui a rétorqué Manuel Valls.

A la tribune, les groupes alliés des socialistes n'ont pas caché leur amertume. Mais au final, comme en février, une seule députée du groupe écologiste, Isabelle Attard, a voté la censure.

Conséquence directe du rejet de cette motion, outre le maintien du gouvernement Valls, la contestée loi Macron est adoptée sans vote en nouvelle lecture. Le projet de loi «pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques» va désormais repartir une dernière fois au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4484897 le vendredi 19 juin 2015 à 08:55

    Dans une assemblée ou le tiers des représentants étaient absents le vote" ne devrait pas être valide